"Vivire mieux, changer la vie", cinéma Archives
"Vivire mieux, changer la vie", cinéma Archives
"Vivire mieux, changer la vie", cinéma Archives - Jean-Patrick Lebel
"Vivire mieux, changer la vie", cinéma Archives - Jean-Patrick Lebel
"Vivire mieux, changer la vie", cinéma Archives - Jean-Patrick Lebel
Publicité
Résumé

Nous recevons le réalisateur Jean-Gabriel Périot pour la sortie de son film "Retour à Reims (Fragments)", une adaptation du texte de Didier Eribon, en salles le 30 mars.

avec :

Jean-Gabriel Périot (réalisateur).

En savoir plus

A travers des archives et le texte éponyme de Didier Eribon interprété par Adèle Haenel, Retour à Reims (Fragments) raconte une histoire intime et politique du monde ouvrier français du début des années 50 à aujourd'hui.

Jean-Gabriel Périot est également co-auteur avec Alain Brossat de Ce que peut le cinéma paru aux éditions de la Découverte.

Publicité

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Un film pour raconter la France sans se raconter

"Le texte de Didier Eribon "Retour à Reims" m’avait profondément marqué, surtout par rapport à la façon dont je m’y projetais, car je partage beaucoup de choses avec son parcours de vie. Il y avait un peu d’émotions à se retrouver à l’intérieur du livre, et à lire des mots qui retranscrivaient ce que j’avais vécu. Quand j’ai relu le livre avec l’idée d’en faire un film, je me suis aperçu que j’avais sous-estimé toute sa partie politique et sociale. A partir de ce livre foisonnant, je me suis demandé ce qui était le plus important à transmettre, non pas pour me raconter moi, mais pour raconter la France dans laquelle je vis. Il m’a semblé que c’était son  discours sociologique et politique, et j’ai donc évacué la part plus intime qu’il contient." Jean-Gabriel Périot

Redonner sa place à la lutte des femmes

"Les femmes sont au croisement de tous les types possibles de domination, et dans les parcours de vie que je montre dans mon film, on voit bien toutes les influences que ces femmes ont eu à subir, la difficulté à trouver leur place, à accéder à leur liberté, en prenant le risque d’être rejetées. Au regard de l’histoire, on se rend compte qu’à chaque moment révolutionnaire, les femmes sont là, elles en sont le fer de lance, parce que ce sont elles qui ont le plus à y gagner. Une fois les révolutions gagnées ou perdues, on l’oublie assez vite car ce sont les hommes qui reprennent le pouvoir." Jean-Gabriel Périot

"Avec le sang des autres", groupe Medvedkine de Sochaux, Bruno Muel, 1975
"Avec le sang des autres", groupe Medvedkine de Sochaux, Bruno Muel, 1975
- ISKRA

Laisser le temps de s’exprimer pour donner de la dignité

"Il y a deux choses que j’aime beaucoup dans les films préexistants ce sont : les visages, notamment de ceux qui ne sont pas filmés habituellement, et la façon dont on laisse les gens s’exprimer. Dans le cinéma ou la télévision des années 50, 60 et 70, on lassait le temps au gens de s’exprimer, de se révéler et en cela, il y a de la dignité. On sent dans ces films une empathie, une solidarité des cinéastes envers les personnes qu’ils ont choisies de filmer. C’est ce qui donne la qualité de ces voix, de ces témoignages, et je trouve ça très touchant, et ça nous renseigne d’une manière qu’on a du mal à trouver aujourd’hui dans les formes télévisuelles et cinématographiques." Jean-Gabriel Périot

Un cinéma de montage pour montrer l’indicible

"Si j’ai choisi d’adapter ce texte, c’est parce qu’il me permet d’exprimer plus clairement ce que je cherche à dire, et si j’ai choisi un cinéma de montage avant tout, c’est parce que je suis très mal à l’aise avec le fait de prendre la parole, surtout dans les films. J’ai toujours gardé en moi le fait que je ne suis pas légitime à parler, c’est une conséquence de l’endroit où je suis né. Mes films sont clairs, ils énoncent des idées, des points de vue, et je n’ai pas peur de la contradiction, mais ils ont une forme qui ne passe pas par le langage, en tout cas pas par le mien." Jean-Gabriel Périot

Jean-Gabriel Périot
Jean-Gabriel Périot
- DR

Archives

Arlette Farge, émission Une journée particulière, Zoé Varier, France Inter, 16/05/2021

Didier Eribon, émission L’humeur vagabonde, Kathleen Evin, France Inter, 03/12/2009

Edouard Louis, émission émission Boomerang, Augustin Trapenard, France Inter, 01/04/2021

Références musicales

Michel Cloup, On continue

Fransesca Solelville, La semaine sanglante

Références

L'équipe

marie Richeux
marie Richeux
Marie Richeux
Production
Jeanne Aléos
Production déléguée
Marianne Chassort
Collaboration
Mathilde Wagman
Production déléguée
Félix Levacher
Réalisation