Jean-Marc Rochette : "La montagne n'est pas un objet mort, elle respire, se contracte et bouge"

Ailefroide
Ailefroide - Jean-Marc Rochette
Ailefroide - Jean-Marc Rochette
Ailefroide - Jean-Marc Rochette
Publicité

Auteur de BD, il signe une autobiographie dessinée, "Ailefroide Altitude 3954", dans laquelle il raconte sa jeunesse d’avant la BD, et décrit sa passion pour l’alpinisme. Elle est publiée aux éditions Casterman.

Avec

« A 4101 mètres, toutes les autres montagnes sont à nos pieds. Il n’y a que le ciel au-dessus. Si bleu et si profond qu’on devine la nuit étoilée qui se cache derrière. » Les sommets des multiples ascensions et descentes gravis dans les Alpes s’appellent la Dibona, le Rateau, la Pointe du Vallon des étages. Ils nous transportent dans le Massif des Ecrins, dans les Hautes-Alpes, et en Isère. Ceux qui les gravissent s’appellent Laroche-Joubert, Vernay, Sempé, et Rochette. On suit ici l’histoire de l'adolescent grenoblois Jean-Marc Rochette qui rencontre tour à tour la montagne et le dessin. Ailefroide, Altitude 3954  paru aux éditions Casterman retrace ce parcours de jeunesse et nous emporte au sommet des Alpes.

La corde c'est la chose la plus importante en alpinisme. Celle qui vous sauve la vie. Une fois, c'est moi qui portais les clous. Et malheureusement, plus haut, il a plu. Je suis tombé et j'ai fait une chute de plus de 25 mètres. Philippe m'a attrapé. J'étais sous lui. Ça l'a fait remonter de 3 mètres. Là pour le coup il m'a sauvé la vie. Parfois la corde c'est aussi psychologique. On grimpe à corde tendue, un devant , un derrière, mais le problème c'est que si l'un tombe, on en tue deux.

Publicité

Comme pour beaucoup de dessinateurs, quand on se lance dans une paroi ou une longueur, on a l'impression de risquer sa vie. C'est une présence au monde. Quand je dessine, c'est pareil. J'y mets une intention de vie ou de mort. Il y a cet investissement que je ressens dans l'art comme dans l'alpinisme.

Celui qui ouvre la voie, c'est comme un compositeur. Il regarde la paroi et dedans va y découvrir une voie. C'est le créateur de cette voie. Et ceux qui suivent sont les interprètes. Ensuite, on peut l’interpréter avec grâce ou alors on peut la saloper comme quelqu’un qui va saloper Bach. 

Programmation musicale :

  • Mademoiselle K, Grimper tout là-haut
  • Divine Comedy, Tonight we fly