On n'emprisonne pas les idées, Kader Attia, Mac Val
On n'emprisonne pas les idées, Kader Attia, Mac Val - Aurélien Mole
On n'emprisonne pas les idées, Kader Attia, Mac Val - Aurélien Mole
On n'emprisonne pas les idées, Kader Attia, Mac Val - Aurélien Mole
Publicité

Le Mac Val offre l’ensemble de son plateau de 1300 mètres carrés en Carte blanche à l’artiste qui, pour ce temps d’exposition, imagine une réflexion autour de l’architecture et de sa relation aux corps, ou encore, en quoi l’une et l’autre se conditionnent et s’influencent. Du 14 avril au 16 sept.

Avec

Un bruit de bétonneuse, l'odeur du clou de girofle, le bruit du travail ouvrier, l'odeur de l'exil, ravivée. Le bruit et l'odeur : deux perceptions invisibles pour parler des familles, de ceux qui vivent dans des grands ensembles, en banlieue des grandes villes. Voilà aussi quelque chose que l'artiste retourne et questionne, à la fois : l'invisibilisation des corps, la dissolution parfois, dans la haine de soi, la violence architecturale, voire quasi carcérale de certains grands ensembles d'immeubles qui rajoute du déracinement à la perte de son pays. Une violence dont il fait l’hypothèse avec d'autres qu'elle est très directement rattachée à la violence impériale, coloniale et esclavagiste. Pour autant, Kader Attia  signe avec un titre de résistance, appelant son exposition comme le livre qui l'accompagne  "Les racines poussent aussi dans le béton." Un ouvrage publié par le Mac Val, dans lequel Françoise Vergès, Jalil Bennani, Olivier Marboeuf, Pierre Amrouche, Alexia Fabre, Richard Klein, Marion Von Osten, Jacinto  Lageira et Chiara Palermo font entendre leur parole. L'exposition est visible au Musée d'Art Contemporain du Val-de-Marne, à Vitry-sur-Seine.

L'idée c'était d'organiser l'exposition comme un parcours initiatique.

Publicité

J'ai essayé, pour ce projet,  avec menthe et clous de girofle dans l'exposition, de réunir le souvenir de mon père et de ma mère. Mon père était constructeur, ma mère, fine cuisinière qui utilisait beaucoup les épices. Il y a de nombreux récits que je garde aujourd'hui, qui tournent autour des épices, de la menthe, du piment...

Cette exposition, je l'ai imaginée comme une architecture ; un challenge pas seulement pour les yeux mais pour le corps du spectateur. devant une oeuvre, il n'y a pas que les yeux, le corps aussi regarde.

On touche, à un moment, un public qui est là en attente de quelque chose, un écho de son histoire qui le connecte avec le reste de la société.

Programmation musicale :

  • 113,Tonton du bled, remixé par  Paloma Colombe
  • Générique de fin, Rémy, Je te raconte
"Oil and Sugar", 2007, Vue exposition "Les racines poussent aussi dans le béton" Mac Val 2018
"Oil and Sugar", 2007, Vue exposition "Les racines poussent aussi dans le béton" Mac Val 2018
- Aurélien Mole

Site du Mac Val

Communiqué de presse de l'exposition

L'équipe

Marie Richeux
Marie Richeux
Marie Richeux
Production
Jeanne Aléos
Collaboration
Lise-Marie Barré
Réalisation
Romain de Becdelièvre
Romain de Becdelièvre
Romain de Becdelièvre
Collaboration
Corinne Amar
Collaboration