Luba Jurgenson
Luba Jurgenson
Luba Jurgenson - Sophie Bassouls
Luba Jurgenson - Sophie Bassouls
Luba Jurgenson - Sophie Bassouls
Publicité
Résumé

Rencontre avec l’écrivaine et traductrice Luba Jurgenson à l’occasion de la parution de son livre "Le semeur d’yeux : sentiers de Varlam Chalamov" aux éditions Verdier.

avec :

Luba Jurgenson (professeur de littérature russe à l'Université Paris-Sorbonne et écrivain).

En savoir plus

Dans Le semeur d'yeux: sentiers de Varlam Chalamov, Luba Jurgenson nous livre une étude sur l'écrivain soviétique Varlam Chalamov (1907-1982) et son travail morcelé oscillant entre témoignage et imaginaire marqué par son expérience du goulag. L'auteure analyse les thèmes ainsi que le contexte culturel et historique de son oeuvre, notamment les violences staliniennes. Simultanément paraît, toujours aux éditions Verdier Souvenirs de la Kolyma de Varlam Chalamov, traduit du russe par Anne-Marie Tatsis-Botton avec la collaboration de Luba Jurgenson

Varlam Chalamov
Varlam Chalamov
- DR

Recréer des traces

"Varlam Chalamov pensait que toute trace des camps serait détruite. Or une expérience, aussi terrible soit-elle, devient constitutive de l’individu, et la perte de trace remet en question l’existence même. Par conséquent, Chalamov doute de son existence, et il répond à ce doute en faisant en sorte que ses récits constituent cette trace. La mémoire, les archives- en ce qui concerne l’écrivain, ce sont les écorces des arbres, les eaux des fleuves- sont véritablement au centre de ses préoccupations. Donc, par les récits, il crée cette trace qu’il pense définitivement effacée. Souvenirs de la Kolyma, c’est à la fois le récit de l’effacement, mais aussi celui de la recréation d’une trace." Luba Jurgenson

Publicité

"S’il y a le mot sentier dans le titre de mon livre, c’est que, pour Chalamov, le sentier est la métaphore de l’écriture, et ce sont les traces laissées sur le chemin qui seront le symbole de cette nouvelle prose, issue d’un état humain inédit." Luba Jurgenson

Les limites de la littérature et du réel

"Chez Chalamov, on trouve quelque chose de fondamental sur l’être. C’est un écrivain, mais aussi un penseur. Il a un cheminement existentiel et intellectuel, et il questionne notre modernité. Si je suis restée si longtemps en sa compagnie, c’est parce qu’il y a quelque chose de fondamental dans cette relation de la littérature au réel. Dans la mesure où son réel est absolument extrême, on rencontre dans son écriture à la fois, la limite de la littérature, mais aussi celle du réel." Luba Jurgenson

Mémoire historique contre violence politique

"On peut établir des parallèles entre les politiques mémorielles et la violence d’Etat : le mensonge est le petit frère de la violence politique. Or, la mémoire des violences passées est constitutive d’un présent démocratique. Sans cette mémoire, le processus n’est pas possible, et on assiste actuellement, avec l’invasion de l’Ukraine par la Russie, à une falsification de la mémoire historique à une échelle pratiquement jamais vue."

"Quand on lit Chalamov, on a l’impression de plonger à la fois dans le passé et dans le présent, mais il nous rend vigilant et conscient, et nous donne des outils pour déconstruire les discours officiels sur les camps comme sur le goulag : le lire attentivement nous préserve de la propagande." Luba Jurgenson

Archive

Michel Cazenave, Une vie une œuvre : Evguenia Guinzbourg, l'itinéraire escarpé de la Kolyma, France Culture, 06/05/1999

Références musicales

Jacques Luley, Permafrost

Philip Glass, In the penal colony : I accepted the invitation (Prologue) Le visiteur

Références

L'équipe

marie Richeux
marie Richeux
Marie Richeux
Production
Jeanne Aléos
Production déléguée
Marianne Chassort
Collaboration
Mathilde Wagman
Production déléguée
Félix Levacher
Réalisation