Mariette Navarro
Mariette Navarro - Philippe Malone
Mariette Navarro - Philippe Malone
Mariette Navarro - Philippe Malone
Publicité

Nous recevons l’autrice à l’occasion de la parution de son premier roman "Ultramarins" aux éditions Quidam.

Avec
  • Mariette Navarro auteure

Peut-être vous êtes-vous un jour trouvé au milieu d'une mer ou d'un océan, de l'eau à perte de vue, et plus de terre à l'horizon. Si vous vous êtes déjà trouvé dans cette situation, il est sûr que vous ne pourrez jamais l'oublier. Tout s'y confond, le sentiment on ne peut plus précis d'être en vie, et la peur on ne peut plus vertigineuse de mourir, d'être absorbé par le monde lui-même, les abysses, le grand tout, ou une bestiole étrange et méconnue. Dans Ultramarins, le premier roman de Mariette Navarro, tout commence là, sur un cargo, au milieu de l'eau. Ce cargo est commandé par une femme, et l'ensemble des hommes qui composent l'équipage décide de se jeter à l'eau pour une baignade inédite. Dès lors que leurs corps à tous auront plongé, tout sera comme recomposé, modifié : la trajectoire du cargo, celle de leurs vies, et la nôtre qui lisons. La poétesse et dramaturge nous livre un texte magnifique sur la suspension, le possible, le dérèglement.

Marie Richeux s'entretient donc avec la poétesse et dramaturge Mariette Navarro à propos de la parution de son premier roman Ultramarins aux éditions quidam.

Publicité

Extraits de l'entretien

"La notion du temps est un sujet qui m’obsède et qui fait que, j’aurais très bien pu faire ce voyage en cargo  et ne pas écrire dessus, il n’y avait aucun enjeu documentaire, mais l’idée du temps qu’on peut voler à nos quotidiens, aux injonctions, le temps de présence à bord d’un bateau fait tout disparaître : on n’a plus de réseau, plus accès aux bombardements d’internet, et finalement, deux semaines à bord d’un cargo, c’est comme une retraite dans un monastère." Mariette Navarro

53 min

"Au début l’impulsion première de l’écriture du livre, le premier personnage qui apparaissait, était ce collectif d’hommes qui se jetait à l’eau, cette image de liberté absolue : on plonge, et on plonge ensemble. Mais très vite, j’ai eu l’intuition qu’il y avait quelqu’un au-dessus de ces hommes, et qui regardait cette scène, mais je ne savais pas qui. Puis, j’ai pris la décision, de façon plus consciente, que ce serait une femme. J’avais envie, comme premier décalage par rapport à la réalité, de faire que le commandant du bateau soit une femme, et cela a changé tout l’imaginaire du texte, en redistribuant les cartes des relations de pouvoir, de travail, et de désirs." Mariette Navarro

Grâce  au personnage de la commandante du cargo, j’ai pu creuser des choses assez archaïques de l’humain.

Archives

Elisabeth Prévost, émission Nuits magnétiques, France Culture, 27/09/1989

Jean-Marie Brohm, émission Les nouveaux chemins de la connaissance, Adèle Van Reeth, France Culture, 03/09/2013

Laurent Gaudé, émission L’heure Bleue, Laure Adler, France Inter, 17/06/2019

Références musicales

Warren Burt, Music for tuning

Art Mengo, Ultramarine

Colin Stetson, With the dark hug of time

Roby Shakespeare bassiste du groupe Aggrovators, Sunshine dub

L'équipe

Marie Richeux
Marie Richeux
Marie Richeux
Production
Mathilde Wagman
Production
Jeanne Aléos
Production déléguée
Félix Levacher
Réalisation
Marianne Chassort
Collaboration
Shehrazad Siraj
Collaboration
Lou Quevauvillers
Production déléguée