Maryline Desbiolles
Maryline Desbiolles
Maryline Desbiolles - Margot Montigny
Maryline Desbiolles - Margot Montigny
Maryline Desbiolles - Margot Montigny
Publicité
Résumé

Nous recevons l’écrivaine Maryline Desbiolles à l’occasion de la sortie de son livre "Charbons ardents" aux éditions du Seuil. Elle y crée une constellation de réflexions politiques et poétiques à partir des traces laissées par ce que l'on a appelé la "Marche des beurs" en 1983

avec :

Maryline Desbiolles (Romancière).

En savoir plus

En 1983, entre Marseille et Paris a lieu la "Marche pour l’égalité et contre le racisme", autrement appelée "La Marche des beurs". Début de l’année 2020, Maryline Desbiolles décide de réunir des informations, des archives, des contacts autour de l’histoire de cette marche. Mais, en mars 2020, le confinement est décrété, tout le monde reste chez soi, chose inédite, notre périmètre de marche est balisé, réduit, décidé politiquement. La romancière décide de résister par l’écriture, de reprendre le pas de cette marche-là, et ce mouvement agrège d’autres histoires, d’autres marches : le combat de Martin Luther King aux  Etats Unis, le mouvement porté par Ghandi en Inde, et beaucoup plus récemment, le mouvement Black lives matter ravivé par le meurtre raciste perpétré sur George Floyd. Tout cela donne Charbons ardents un livre peuplé de voix et de pas, où la tempérance de l’écriture rencontre le feu de la révolte.

Arrivée à Paris de la Marche pour l’égalité et contre le racisme, 20/11/1983
Arrivée à Paris de la Marche pour l’égalité et contre le racisme, 20/11/1983
© AFP - MARCEL MOCHET

Faire avec les pas et les mots des autres

"Ce confinement m’a vraiment scié les pattes, et donné l’impression d’être coupée des voix du monde. Or, j’ai besoin de ces voix, de ces accents et de ces ruptures de tons pour écrire. Ce sont les voix des marcheurs rencontrés via les ondes, qui m’ont redonné du courage pour écrire ce livre. Ce n’est pas un livre historique. Ce que je voulais, c’est mettre mes pas dans ceux de ces marcheurs, et voir ce qu’il allait en résulter. Charbons ardents, c’est vraiment une expérience qui aurait pu rater complètement, mais ce qui m’a guidée, c’est d’essayer de faire avec les pas, les mots et les rythmes des autres, pour voir ce que ça donne. De la même façon que les garçons et les filles de cette marche ont tenté de sortir d’une boucle de violence, j’ai essayé de sortir de mes clichés et de mon pré carré." Maryline Desbiolles

Publicité

Une marche récupérée politiquement

"Les marcheurs de 1983 ont été très humiliés d’avoir été récupérés par le PS. Je trouvais que l’intitulé "La marche pour l’égalité et contre le racisme" était parfait, ce n’était pas un slogan. Ensuite, cela s’est appelé "La marche des beurs", alors que les marcheurs n’utilisaient pas ce terme, qu’ils assimilaient aux parisiens. Il s’agissait d’une marche qui partait de Marseille, mais à laquelle participaient beaucoup de lyonnais venus des Minguettes. D’une certaine manière, c’était une marche de la province, et de la France dans son entier. Ensuite, il y a eu SOS Racisme, qui émanait du PS et qui les a dépossédés de cette marche. En tout cas, unanimement, c’est comme cela qu’ils en parlent. De même que la petite main de Fatma de « Touche pas à mon pote » a été perçue comme quelque chose de très condescendant, paternaliste, voire colonialiste. Ce que je comprends très bien aujourd’hui." Maryline Desbiolles

Archives

Toumi Djoudja, émission Inter Actualités France Inter, 02/12/1983

Marie Cosnay, émission Matière à penser, Patrick Boucheron, France Culture, 28/03/2019

Le Père Christian Delorme, émission Interception, France Inter, Alain Le Gouguec, France Inter, 13/10/2013

Références musicales

Lionel D, Monsieur le Président

Anouahr Brahem , La nuit

Références

L'équipe

marie Richeux
marie Richeux
Marie Richeux
Production
Jeanne Aléos
Production déléguée
Marianne Chassort
Collaboration
Mathilde Wagman
Production déléguée
Félix Levacher
Réalisation