Mélissa Laveaux
Mélissa Laveaux - Adeline Rapon
Mélissa Laveaux - Adeline Rapon
Mélissa Laveaux - Adeline Rapon
Publicité

Rencontre avec la chanteuse Mélissa Laveaux à l’occasion de la sortie de son nouvel album "Mama Forgot Her Name Was Miracle" sur le label Twanet

Avec

Après Radyo Siwèl en 2018, la chanteuse d'origine canadienne Mélissa Laveaux est de retour avec un nouvel et quatrième album studio Mama Forgot Her Name Was Miracle, un disque poétique et hautement émancipatoire, dans lequel elle explore la dimension thérapeutique et spirituelle de la musique en revisitant la forme ancestrale de la berceuse.

Mélissa Laveaux sera en concert à Clichy-sous-Bois le mardi 5 avril à 20h30 dans le cadre du Festival Banlieues bleues

Publicité

Des berceuses pour porter l’insomnie

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

"L’idée de travailler sur la berceuse vient du fait que je suis une insomniaque, mais une insomniaque volontaire. Je suis quelqu'un pour qui le sommeil a beaucoup d’implications. Je me tiens éveillée parce que j’ai des choses à faire, mais aussi parce qu’il y a certains départs, certains voyages que je n’ai pas envie de faire certains soirs. J’ai voulu écrire un album qui pouvait me porter lors de mes nuits d’insomnie." Mélissa Laveaux

La musique pour faire sortir et soigner les monstres

"Souvent, j’évoque mes souvenirs par bribes, un peu comme des blagues, c’est une façon de rire des moments lourds et marquants de ma jeunesse. En fait, j’essaie de traduire ces moments par la musique, de façon un peu plus douce que dans la réalité.  Je convoque aussi ces souvenirs pour changer de perspective. Quand on a des traumatismes importants, c’est impossible de les effacer entièrement sans du même coup effacer le bout de vie intéressant qui y était rattaché. Pour moi, la meilleure façon de les travailler, c’est de faire sortir ce monstre, d’en faire une copine."

"Au fur et à mesure des années j’ai commencé à rechercher, dans différentes mythologies, des figures de monstres. Finalement, ce qui m’intéresse, c’est donner naissance à des monstres et les soigner quand ils vont mal." Mélissa Laveaux

59 min

Un album pour partager des références

"Mon album est bourré de références, qui me sont venues comme des boules de feu, lancées à deux mille à l’heure. Je l’ai écrit assez rapidement, il y avait une urgence à écrire ces chansons, pas uniquement parce que ma manageuse voulait que je sorte un album, mais aussi parce que ces chansons méritaient d’être composées. J’étais excitée par toutes mes lectures, et j’avais envie que les gens le soient aussi : alors, j’ai écrit cet album." Mélissa Laveaux

Archives

James Baldwin, Les chemins de la connaissance : Je m'appelle James Baldwin, Jean Daive, France Culture, 24/04/1987

Camille, Hors champs, Laure Adler, France Culture, 06/07/2012

Lecture d’un poème d’Audre Lorde, émission Une vie une œuvre : Audre Lorde, poète guerrière, Charlotte Bienaimé, France Culture, 22/04/2017

Références musicales

Martha Jean-Claude, Dodo titite maman

Mélissa Laveaux, Fire next time

Mélissa Laveaux, Gee’s bend

Mélissa Laveaux, Ching Shih

L'équipe

Marie Richeux
Marie Richeux
Marie Richeux
Production
Jeanne Aléos
Production déléguée
Marianne Chassort
Collaboration
Mathilde Wagman
Production déléguée
Félix Levacher
Réalisation