Perrine Bourel
Perrine Bourel - Thomas Baudelin
Perrine Bourel - Thomas Baudelin
Perrine Bourel - Thomas Baudelin
Publicité

La violoneuse, comme elle se définit elle-même, nous explique sa découverte de la musique de collectage, et nous parle de cette musique de l'imaginaire, liée à des lieux ou des personnes, qu'elle a essayé de reconstruire. Avec son violon, elle cherche un moyen d'ouvrir un autre monde.

Avec
  • Perrine Bourel

Dans son premier album solo intitulé « Des montagnes » chez La Novia, Perrine Bourel plonge dans les sons des musiques traditionnelles pour violon qu’elle joue depuis vingt ans ainsi que les sons des musiques expérimentales et contemporaines découvertes plus récemment. Elle y aborde son violon comme un medium d'exploration qui dépasse le champ des musiques.

Album "Des montagnes"
Album "Des montagnes"
- La Novia

Dans ce disque, je parle de différentes montagnes. Je parle de celles qui sont autour de l’endroit où je vis, celles que je vois tous les jours et ça, depuis que je suis petite. Mais je parle aussi des montagnes intérieures, que chaque musicien a. En tant que musicienne, je cherche mes montagnes, qui peuvent être différentes facettes de moi. Il y a cette idée de quête, de quelque chose qui est sans fin.

Publicité

Habiter dans des endroits reculés m’a permis de percevoir des choses invisibles. Je suis sensible aux sons subtils, ténus, mais aussi aux sons qui peuvent être très forts et brouiller pleins d’autres sons. Quand on est au milieu de la nature, il y a une profondeur qui me touche vraiment. Ca a nourri ma manière de vouloir chercher les choses un peu secrètes, que l’on n’entend pas si on passe trop rapidement à un endroit. Il faut se mettre dans une certaine écoute et avoir un certain temps pour les percevoir. 

Je me laisse toucher par tout ce qui se passe dans ma vie et quand je joue ces musiques, c’est comme un fil qu’on tire, j’ai l’impression d’être avec tous les gens qui avant ont joué ces musiques. Je sens une posture d’ouverture pour laisser la place à l’histoire de cette musique : elle ne m’appartient pas. Je me sens remplie des paysages et des moments de partage avec les personnes. Il n’y a pas de frontières, ça concerne toute la vie.

Archives

Marcel Brion, émission « Pour comprendre la pensée », France Culture, 1972

Paul Arma, émission « Visages sonores insolites », RTF, 1961

Yann Gourdon, « A l’improviste », France Musique, 2016

Jean-Pierre Drouet, « Point d’écoute », France Culture, 1980

Références musicales

Perrine Bourel, Appel

Perrine Bourel, Rigodon du château d’Ancelle

Perrine Bourel, Glissando

Barbara, Du bout des lèvres

Prise de son

Pierrick Charles

Information complémentaire

Collectif La Novia

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

L'équipe

Marie Richeux
Marie Richeux
Marie Richeux
Production
Jeanne Aléos
Collaboration
Charlotte Roux
Réalisation
Lise-Marie Barré
Réalisation
Marianne Chassort
Collaboration
Romain de Becdelièvre
Romain de Becdelièvre
Romain de Becdelièvre
Collaboration
Valentin Rémy
Stagiaire