Publicité
En savoir plus

Sur une plateau, un fleuve, et tranquillement le descendre et se jouer des saisons. Et commencer les pieds dans l’eau, et finir au sec mais les verres bien remplis. C’est une descente tranquille au paradis, qui n’oublierait aucun péché de la chair, et suivrait une géographie et une langue rabelaisienne, sur les pas et dans les mots de Breton, Balzac, ou Gracq.

.
.

Au départ il y a un chemin qu’ils ont fait tous deux à l’inverse, les deux, le photographe, et l’écrivain. Au départ, il y a l’amitié, et les retrouvailles émues avec l’intelligence sensible d’un vigneron, les girouettes au vent, les mains des charpentiers, et les chouettes. Les chouettes en noir et blanc. Argentique, pour l’un, papier ou clavier pour l’autre. Se mêlant au pas tranquille des fainéants sublimes de Balzac, Jean Luc Chapin à la photo, et Jean Marie Laclavetine aux mots, cosignent Descente au paradis , paru au début du mois chez Gallimard. Que le dernier double d’un ouvrage au texte seul titrés les Faiénants sublimes, et le premier d’une exposition photo à Tours.

Publicité
.
.
- Jean-Luc Chapin

A 16h50, le Boudoir: "La plume au vent" par Frédéric Ferney.

Aujourd'hui, France-Nouvelle Zélande : la finale de la Coupe du Monde de rugby revue par les philosophes (Alain, Comte-Sponville, Nicolas Grimaldi, Daniel Herrero, Serge Simon)

Sans oublier la deuxième lecture de Frédéric Pierrot dans Je déballe ma bibliothèque, le Polaroïd de Marie Richeux et le Poème du Jour de Jacques Dupin

La Loire à Amboise
La Loire à Amboise
- Jean-Luc Chapin
Références

L'équipe

marie Richeux
marie Richeux
Marie Richeux
Production
Elodie Maillot
Chronique
Anne-Laure Chanel
Réalisation
Cyril Baert
Collaboration
Vincent Théval_149x185
Vincent Théval_149x185
Vincent Théval
Chronique
Sophie Bober
Chronique
Martin Pénet
Martin Pénet
Martin Pénet
Chronique