Publicité
En savoir plus

Gwenaël Morin est notre invité cet après-midi, pour le quatrième temps de cette semaine "chef-d'oeuvre". Metteur en scène, directeur du Théâtre du Point du Jour à Lyon, il vient évoquer avec nous l'aventure menée avec sa compagnie en 2009 aux Laboratoires d'Aubervilliers : le Théâtre Permanent, qui revisitait six monuments du théâtre.

Gwenaël Morin
Gwenaël Morin
© Radio France - Richeux

Lundi avec Charles Dantzig nous réfléchissions à ce que ce mot désigne lorsqu’il est appliqué dans le champ de la littérature. Mardi, avec Nathalie Heinich, nous nous sommes davantage intéressés au processus de désignation des chefs d’œuvre dans le champ des arts plastiques. Hier, nous testions la faible résistance de cette notion lorsqu’elle est appliquée à l’univers des jardins. Après la littérature lundi, les arts plastiques mardi, le jardin hier, nous discuterons une sorte de tentative d’épuisement de monuments du théâtre. Le metteur en scène Gwenael Morin, et les comédiens de sa compagnie, et le public du Théâtre Permanent, appellent Hamlet et Woyzek par leurs prénoms. Aujourd’hui, installons-nous au théâtre, et installons-nous dans la durée. L’expérience du Théâtre Permanent, menée aux laboratoires d’Aubervilliers en Seine Saint Denis, proposait en 2009 des pièces jouées du 1er au 24 de chaque mois, pendant un an, sauf les dimanches et les lundis. Pas n’importe quelles pièces : on y reprenait, en condensé, en accéléré, à la hache ont dit certains, des tubes, des classiques du théâtre. Woyzeck , Tartuffe , Bérénice , par exemple. Quel est ici l’usage fait du chef d’œuvre théâtral ? Et que doit-on désigner "chef d’oeuvre" dans le projet ? Le texte joué jusqu’à l’épuisement, la performance de l’acteur qui se risque à cet épuisement, ou la relation qui est recherchée avec le public ?

Publicité

Notre invité Gwenaël Morin est à l’origine de cette expérience aux Laboratoires d’Aubervilliers il y a quatre ans, laquelle constituait un cycle de six pièces intitulé "Théâtre de la responsabilité". Il dirige la compagnie qui porte son nom et désormais, depuis le mois dernier, Le Théâtre du Point du jour à Lyon.

Lorenzaccio d'après Lorenzaccio
Lorenzaccio d'après Lorenzaccio
- Julie Pagnier

C’est d'abord le comédien Gregory Gadebois que nous entendrons. Ancien de la Comédie-Française, c'est à lui que revient le déballage de bibliothèque cette semaine. Aujourd'hui, il nous lit Le cancre de Jacques Prévert, extrait de Paroles .

L’image Polaroïd du jour, c’est une jeune couronnée qui fanfaronne.

Ouvrons enfin nos oreilles à d'autres voix de la Comédie-Française, pour le Poème du jour. La voix d'aujourd'hui nous lit un nouvel extrait du Carnet du bois de pin de Francis Ponge .

Antigone d'après Antigone, choeur d'amateurs lors de "Notre dernière nuit" au Théâtre de la Bastille, 30.06.12
Antigone d'après Antigone, choeur d'amateurs lors de "Notre dernière nuit" au Théâtre de la Bastille, 30.06.12
© Radio France - © : Huma Rosantalski

Programmation musicale

Claude Nougaro, Mater

Fleet Foxes, *White winter hymnal *

Violent Femmes,* I hear the rain*

Références

L'équipe

Marie Richeux
Marie Richeux
Marie Richeux
Production
Anne-Laure Chanel
Réalisation
Cyril Baert
Collaboration