Publicité
En savoir plus

Premier jour d’une semaine entièrement consacrée à l’oubli. Notre invité d’aujourd’hui, Jean-Michel Rey est philosophe, professeur émérite de littérature à Paris 8, il abordait en 2010 dans son ouvrage L'oubli dans les temps troublés (coll. penser/rêver, éd. de l’Olivier) la question de l’amnistie et de l’amnésie.

Jean-Michel Rey
Jean-Michel Rey
© Radio France

Le premier oubli qui nous intéresse est un oubli décrété, un oubli voulu, un oubli stratégique. Un oubli des temps troublés. « La France est passée de drames nationaux, en drame nationaux, allons-nous entretenir, saignantes les plaies de nos désaccords nationaux ? » déclarait Georges Pompidou en septembre 1972, au cours de la conférence de presse annonçant la grâce de Touvier, ancien fonctionnaire de police collaborationniste. Si le choix d’un bouc émissaire commun est une stratégie de réunion assez banale, il semble que réclamer ou appeler de ses vœux un pacte collectif d'oubli soit tout autant plébiscité par le pouvoir, lors de transitions politiques importantes. L’analyse de la structure récurrente de ce genre de discours, de la défiance à la démarche historienne dont ils sont pour part le nom, de la position de souverain et de l’identité empruntée par celui qui parle, sont autant de pistes de réflexions qui nourrissent l’essai de ** Jean-Michel Rey, L’oubli dans les temps troublés paru aux éditions de l’Olivier. Jean-Michel Rey est professeur émérite de littérature à l’université Paris 8** .

Publicité
Lettre d'Émile Zola au président de la République contre la loi d'amnistie publiée dans L'Aurore du 22 décembre 1900
Lettre d'Émile Zola au président de la République contre la loi d'amnistie publiée dans L'Aurore du 22 décembre 1900

Et pour commencer : une lecture ! Chaque semaine un comédien livre ses goûts littéraires à travers un aperçu de sa bibliothèque. Cette semaine Rodolphe Dana. Il débute avec un extrait des* Lumières de Bullet Park* de John Cheever, dans une traduction de Dominique Mainard.

Sur le polaroïd du jour, l’on voit apparaître une assemblée.

Vers 16h50, nous entamons un cycle de lectures de l’œuvre de Katherine Mansfield , écrivaine et poétesse néo-zélandaise par Adeline d’Hermy de la Comédie Française.

Programmation musicale :

  • **Aimee Man, ** Save Me
  • Ólafur Arnalds, BO de Broadchurch , So Close , feat. Arnor Dan
  • Monteverdi, Orfeo , Vieni imeneo, ballo
Références

L'équipe

Marie Richeux
Marie Richeux
Marie Richeux
Production
Inès Dupeyron
Collaboration
Romain de Becdelièvre
Romain de Becdelièvre
Anne-Laure Chanel
Réalisation
Cyril Baert
Collaboration