Publicité
En savoir plus

**Premier temps d’une semaine que l’on passera entièrement dans les forêts. Nous commençons par une histoire des usages de la forêt. Notre invitée, Andrée Corvol-Dessert ** esthistorienne, directrice de recherche du CNRS à l’Institut d’histoire moderne et contemporaine (IHMC). Elle préside depuis 1988 le Groupe d’Histoire des Forêts Françaises.

Andrée Corvol
Andrée Corvol
© Radio France

Il nous faudra nous concentrer sur la forêt française aujourd’hui. Il nous faudra peut-être abandonner aussi quelques romantiques idées sur une forêt dite naturelle.

Publicité

Voilà bien longtemps que la forêt n’est plus ni sauvage, ni naturelle, si par là, l’on entend, à l’écart, à l’abri de la main de l’homme, de sa pensée, de ses lois, de ses troupeaux. La forêt n’est plus naturelle depuis le néolithique. Dans ce cas, regardons-la, entre autre, comme le miroir de nos sociétés humaines, subissant et ou reflétant ses grandes évolutions.

Une fois dit ceci, qu’est-ce qui présida alors, à l’élaboration progressive de notre rapport aux bois ? L’économie, l’imaginaire, la science, la politique, l’idéologie ? Un peu tout ça, et un peu de tout ça, mélangé. Aujourd’hui, avec Andrée Corvol-Dessert, c’est l’histoire d’un homme au bois. Des hommes dans les bois. Andrée Corvol-Dessert, historienne, directrice de recherche du CNRS à l’Institut d’Histoire Moderne et Contemporaine (IHMC), préside depuis 1988 le Groupe d’Histoire des Forêts Françaises et a signé, entre autre chose, "L’homme aux bois", aux éditions Fayard.

Avant toute chose : Une lecture. Cette semaine c’est le comédien Pierre Meunier qui déballe sa bibliothèque. Pour commencer, il sort de ses rayons, un manifeste. En soutien au mouvement social qui s'est installé en Guadeloupe, puis en Martinique, et qui répandu à la Guyane et à la Réunion en 2009**. ** Edouard Glissant et huit autre intellectuels antillais ont rédigé un Manifeste pour les produits de haute nécessité que le journal Le Monde publiait en février de la même année. On écoute.

Sur le polaroid du jour une périphérie.

Vers 16h50, on écoute un poème d’Emile Verhaeren.

Programmation musicale **- ** Gaston Bachelard, Causeries (in Les grandes heures - Radio France, cd 1 - « La poésie et les éléments matériels »)- Izzy Lindqwister, Don't go - Johann Strauss, La valse « Histoire de la forêt viennoise »

Références

L'équipe

Marie Richeux
Marie Richeux
Marie Richeux
Production
Inès Dupeyron
Collaboration
Romain de Becdelièvre
Romain de Becdelièvre
Anne-Laure Chanel
Réalisation
Cyril Baert
Collaboration