Plaque en hommage à Rainer Maria Rilke, Musée Rodin, Paris. - Augustin Brunault via Flickr
Plaque en hommage à Rainer Maria Rilke, Musée Rodin, Paris. - Augustin Brunault via Flickr
Plaque en hommage à Rainer Maria Rilke, Musée Rodin, Paris. - Augustin Brunault via Flickr
Publicité
Résumé

*Deuxième temps d’une semaine où la poésie traverse les arts. Aujourd’hui, nous mettons en rapport la poésie et la sculpture en évoquant la rencontre entre Rainer Maria Rilke et Auguste Rodin.

avec :

Karine Winkelvoss.

En savoir plus

Notre invitée * Karine Winkelvoss_* , est maître de conférences à l’Université de Rouen en *_ Littérature allemande et autrichienne, spécialiste de Rilke, auteur notamment de Rilke. La pensée des yeux (2004).

Karine Winkelvoss
Karine Winkelvoss
© Radio France

Hier, Dominique Fourcade évoquait ce travail d’écriture poétique, tous les jours recommencé, tous les jours exercé. Un travail de regard, de toucher, d’amour, où tout peut arriver dans une page, dans une juxtaposition de mots si l’on s’y engage entier. Aujourd’hui, nous nous plongeons dans les écrits de Rainer Maria Rilke (1875 -1926). La poésie devient le lieu d’une pensée de ce regard. Une pensée de la sculpture de Rodin, dont le poète admire le travail et qui semble lui permettre de penser en retour, ou en même temps, son propre travail d’écrivain. Trois motifs, trois présences, trois participations importantes dans l’art de Rodin pensé par Rilke : celle de l’air, celle de la chose et celle de la surface. Ils rythmeront notre discussion de cette après-midi, car ils rythment les écrits de Karine Winkelvoss sur le sujet. *Karine Winkelvoss est maître de conférences en littérature allemande et autrichienne à l’Université de Rouen. Elle est l’auteur notamment de *Rilke, la pensée des yeux , paru aux Presses de l’Institut allemand en 2004, mais aussi de Rainer Maria Rilke paru chez Belin en 2006. **

Publicité
Lettre de Rainer Maria Rilke à Auguste Rodin  31/08/1908
Lettre de Rainer Maria Rilke à Auguste Rodin 31/08/1908

Chaque jour, jusqu’à vendredi, nous écouterons Hélène Fillières dévoiler quelques-uns de ses amours littéraires. Aujourd’hui c’est un extrait de Face aux Ténèbres, Chronique d’une folie , de William Styron , dont elle fait lecture, dans une traduction de Maurice Rambaud.

Sur le Polaroid du jour apparaît une baignade.

Vers 16h50, poème toujours : un texte d’Adam Zagajewsky qui nous est lu.

Programmation musicale :

  • Détroit, Droit dans le soleil
  • Joséphine Foster, Amuse a muse
  • Schütz, Musikalische Exequien
Références

L'équipe

Marie Richeux
Marie Richeux
Marie Richeux
Production
Inès Dupeyron
Collaboration
Romain de Becdelièvre
Romain de Becdelièvre
Anne-Laure Chanel
Réalisation
Cyril Baert
Collaboration