France Culture
France Culture
Publicité

**Quatrième moment d’une semaine où la poésie s’invite au cœur des autres arts. Aujourd’hui nous nous intéressons à l’œuvre de Pier Paolo Pasolini, poète et cinéaste. Notre invité, Hervé Joubert-Laurencin , estprofesseur d’esthétique et d’histoire du cinéma à Nanterre. Auteur de Pasolini, portrait du poète en cinéaste (éd. Cahiers du cinéma, 1995) et du *Dernier poète expressionniste * (Les solitaires intempestifs, 2005). **

Hervé Joubert-Laurencin
Hervé Joubert-Laurencin
© Radio France

C’est l’un des thèmes principaux du printemps des poètes : la poésie au cœur des arts. Jusqu’à maintenant, elle s’est placée devant et dans la danse, la peinture, le théâtre et la sculpture. Aujourd’hui, elle travaille un rapport concret au cinéma. La surpenante bande-annonce d'Accatone , le premier film de Pasolini en 1961, dit « ne manquez pas une occasion de voir un film qui sollicitera votre intelligence ! ». Voici de quoi nous faire jubiler a posteriori. Elle dit aussi, « c’est un film qui n’est pas né du cinéma, mais d’une expérience poétique ». C’est à la fois une proposition esthétique et un constat biographique. Lorsque Pasolini réalise ses premiers films, il a fait, et fait pleinement, l’expérience poétique. Il est reconnu comme tel. Comme engagé dans tous les sens du terme dans cette profonde et rageuse entreprise littéraire. Que faut-il en conclure ? Rien de plus peut-être que cette phrase. Etre né de l’expérience poétique, qui à la vision de certaines scènes, certains plans, semble rendre à l’écran ce que nous disions de la page en introduction de la semaine : dans la poésie tout arrive, et tout peut arriver en même temps. Dans une complexité de langage, qui rend la riche complexité de l’expérience du réel. **Hervé Joubert-Laurencin travaille sur le cinéma de Pasolini. Il est professeur d’esthétique et d’histoire du cinéma à l'Université Paris X - Nanterre, auteur de Pasolini, portrait du poète en cinéaste (éd. Cahiers du cinéma, 1995) et du *Dernier poète expressionniste * (Les solitaires intempestifs, 2005). **

Publicité

Auparavant, nous errons en liberté dans la bibliothèque d’Hélène Fillières. Aujourd’hui elle en sort un extrait de L'étreinte du Poisson de Jim Crace, traduit de l'anglais par Maryse Leynaud.

Sur le Polaroïd apparaissent des points.

Vers 16h50 c’est un poème d’Adam Zagajewski qui nous est lu par Laurent Natrella de la comédie française.

Programmation musicale :

  • I Surghjenti, Ricordu
  • HK, Vesoul
  • Générique de Uccellacci e uccellini de Pier Paolo Pasolini (1966)

L'équipe

Marie Richeux
Marie Richeux
Marie Richeux
Production
Inès Dupeyron
Collaboration
Romain de Becdelièvre
Romain de Becdelièvre
Romain de Becdelièvre
Collaboration
Anne-Laure Chanel
Réalisation
Cyril Baert
Collaboration