France Culture
France Culture
Publicité

Quatrième moment d’une semaine qui regarde les murs. Aujourd’hui, avec le réalisateur Antoine Page,** nous parlons du travail de Zoo Project , nom d'artiste de Bilal Berreni, disparu tragiquement à l'été 2013. Il avait commencé par peindre de grandes figures hybrides en blanc sur les murs de Paris, avant de franchir d'autres murs et d'amener ses dessins sur les escaliers d'Odessa ou dans les rues de Tunis. Le film « C'est assez bien d'être fou » narre le voyage entrepris par l'artiste et le réalisateur en 2012**

Zoo Project, Ukraine 2012
Zoo Project, Ukraine 2012
- photo: Antoine Page

Lundi, Jane Sautière transformait son expérience pénitentiaire en matière littéraire, en rendant vivante la présence de ceux qu’elle côtoya dans les murs des prisons. Mardi, Pierre di Sciullo évoquait la responsabilité qui incombe à ceux qui accrochent des textes et des images aux murs de la ville. Hier, il s’agissait pour Stéphane Rosière de discuter d’une mondialisation qui érige des murs anti-pauvres et engraisse l’industrie de la sécurité.

Publicité

Aujourd’hui, les murs sont peints. Et d’abord en blanc. De la couleur d’un drapeau pacifié. Ou de pas de drapeau du tout. De la couleur d’un tissu qui vole au vent. Ces dernières années, les longs et larges animaux hybrides ont peut-être attiré l’œil des Parisiens, du nord-est principalement. Peut-être ont-ils guetté l’apparition de ces nouvelles peintures ensauvageant la ville et nous rappelant à une humanité aussi criante et plurielle que ces dessins étaient bouleversants. Zoo Project peignait dans la ville, puis il a déplacé ses curseurs, changé d’espace d’action, posé ses pinceaux, ses yeux et ses encres sur les révolutions tunisiennes, les camps de réfugiés libyens… En décidant que "c’est assez bien d’être fou", Antoine Page a pris la route avec lui. Direction les confins de la Sibérie, Vladivostok. De ce voyage de quatre mois de mars à juin 2012, naît un film qui existe aujourd’hui alors que Zoo Project, de son vrai nom Bilal Berreni, n’est plus là.

Notre invité, Antoine Page, est réalisateur. C’est assez bien d’être fou , est le titre du film qui retrace son périple avec Bilal Berreni (Zoo Project). Mêlant dessins et vidéo, ils racontent leur périple à deux voix, entre road-movie et conte documentaire ( disponible en DVD)

En attendant, profitons de ce que le comédien Stanislas Nordey nous accueille dans sa bibliothèque. Il lit chaque jour un extrait d’un livre important pour lui. Aujourd’hui c’est le Mal Imaginaire de Maxime Montel.

Vers 16h13, si tout le monde se concentre, on fera apparaître une aquarelle.

Vers 16h50, on écoute des poèmes de Pier Paolo Pasolini.

Programmation musicale :

  • Olivia Ruiz* Tout c'qu'est dégueulasse* (Allain Leprest)

*- François & the Atlas moutain, * La vie dure

  • Pete Seeger, P laine, ma plaine
Zoo Project, Mer d'Aral, 2012
Zoo Project, Mer d'Aral, 2012
- photo: Antoine Page