France Culture
France Culture
Publicité
En savoir plus

*Troisième station dans notre cheminement nocturne de la semaine. Notre invité est le dessinateur et scénariste de bande dessinée Philippe Druillet . Fondateur (avec Moebius) du magazine Métal hurlant et de la maison d'édition Les Humanoïdes Associés. Avec lui nous reparlons de La nuit, * albumparu en 1976, réédité en ce début 2014. Cet « opéra Rock post-atomique », paru en hommage à Nicole sa femme disparue, est devenu culte dans le monde du hard-rock.

P.Druillet, La nuit
P.Druillet, La nuit

Jusqu’ici, la nuit fut habitée de chauve-souris et de veilleurs d’hôtel. La nuit fut longue mais elle trouvait une fin, dans le jour. Dans l’aube. Dans le renouvellement qu’est chaque matin. Aujourd’hui, regardons-là se peupler de corps tatoués à l’héroïne, de motos lancées dans une terre sans fond. Un abîme chaotique de rage, irrécupérable, inconsolable. En 1976, paraît La nuit , bande dessinée devenue culte. C’est un poème. Une architecture où chaque trait est un accord de guitare saturé, une note tenue au violon, un cri, composant le requiem. Le visage d’une femme ouvre et ferme le livre, au milieu : c’est le noir. Quelque chose noir , comme l'écrit Roubaud. Quelque chose de très noir. Au royaume de cette mort inéluctable, les armées d’humains se débattent, et la bd semble se déployer au même rythme, paradoxalement, que celui qui auquel un virus contamine un corps.

Publicité

En ce début d'année 2014, à 70 ans, notre invité Philippe Druillet publie son autoprotrait Delirium (Les Arènes) et surtout, la version originale de La Nuit (Glénat), parue pour la première fois dans les pages de Rock & Folk en 1976. C'est de cet album "charnière" dans la vie de Philippe Druillet dont il sera question aujourd’hui.

Mais commencons par le début: dans la bibliothèque de Julie-Anne Roth . Après les écrits de Polanski et de James Gray, ce sont les mots de la réalisatrice américaine Miranda July que l’on entend. En pleine préparation de son film Moi, toi et tous les autres , Julie-Anne Roth **épluche Les petites annonces ** *pour vie meilleure * de Miranda July.

Sur le Polaroid du jour apparaissent les vœux et la lune.

A 16h52, les poèmes du portugais Nuno Judice sont dits par Félicien Juttner (*Les degrés du regard * , Escampette).

Programmation musicale:

  • Devendra Banhart, Korean Dogwood
  • Silver Mount Zion Orchestra, Built then burn (Hurrah! Hurrah!)
  • Rolling Stones, Brown Sugar
  • Léo Ferré, Les assis (poème d'Arthur Rimbaud)
  • Sex Pistols, God save the Queen
Références

L'équipe

marie Richeux
marie Richeux
Marie Richeux
Production
Inès Dupeyron
Collaboration
Anne-Laure Chanel
Réalisation
Cyril Baert
Collaboration