France Culture
France Culture
Publicité
En savoir plus

Premier temps d'une semaine entièrement consacrée au silence. Nous commençons par l'explorer avec David Le Breton, anthropologue et sociologue. Professeur à l'Université de Strasbourg et membre de l'Institut Universitaire de France, il signait en 1997 Du silence , aux éditions Métaillé.
En guise d'exergue, donnons la parole à Pascal Quignard:

Écouter

35 sec

David Le Breton
David Le Breton
- baert

Il y a un paradoxe, pour ne pas dire un risque de non-sens, à parler du silence. Car à vouloir le penser, le discuter, nous allons presque contre lui, ou devant lui, en usant du langage. Mais on se rassure comme on peut, quant à notre entreprise, en écoutant Elias Canetti selon qui chaque langue a son mutisme propre. La nôtre a son mutisme propre, et si le silence, très long, n’est pas complètement autorisé à la radio, c’est un des endroits médiatiques où il peut encore exister. Le silence ne s’envisage pas seulement en opposition avec le bruit, il n’est d’ailleurs jamais l’absence totale de bruit, il se pense surtout en combinaison avec la langue. En composition avec elle. Interrogé un jour sur la tentation du silence, Pascal Quignard répondait, en auteur hanté par le langage, que le silence, n’est que le silence du langage. C’est ce silence, mais aussi celui de l’enfance, celui de la page blanche, celui de "juste avant la pensée", celui de la marche, qui est au centre d’un livre d’anthropologie plus sensible que disciplinaire.
Avec notre invité ** David Le Breton, sociologue et anthropologue, nous accepterons le paradoxe qui consiste à parler du silence pendant quarante minutes. Son ouvrage Du Silence paraissait en 1997 aux éditions Métailié.**

Publicité

Notre heure de radio commence comme chaque jour par un petit bout de bibliothèque, lu à voix haute. C’est la proposition qui est faite aux comédiens invités chaque semaine. Il s’agit cette fois de Catherine Mouchet , qui depuis l’interprétation de Thérèse dans le film d’Alain Cavalier en 1986, a composé au fil des ans une filmographie exigeante, qui ne l’a jamais éloignée de la lumineuse intelligence de l’humour. Elle commence par deux extraits: Le Maître et Marguerite de Mikhaïl Boulgakov et L’Odyssée d’Homère.

L’image Polaroïd du jour est une partie de carrom noir et blanc et rouge, et la bataille des regards.

Aux environs de 16h50 vous sera livré le Poème du jour, de Michel Deguy, extrait de son recueil A ce qui n’en finit pas .

Programmation musicale

Zhu Xiao Mei, Variations Goldberg n°15 , de Johann-Sebastian Bach

Dr Floy et Sumathi,* Earth (Boomi)*

Buarque Chico, Desafinado

Archive INA

**Pascal Quignard, ** "Parler en se taisant, c'est écrire", (A voix nue , France Culture 19 février 2001)