Publicité
En savoir plus

Carole Desbarats, critique et historienne du cinéma, nous guide dans la troisième étape de cette semaine toute adolescente. Avec elle nous nous intéresserons à l'évolution de la représentation de l'adolescence dans le cinéma américain, véritable objet de fascination. Cet après-midi, tour d'horizon du Teen Movie.
Lundi, nous tentions une définition de l'adolescence avec le philosophe Pierre-Henri Tavoillot. Définition principalement énoncée en fonction de celle que donne notre époque contemporaine de l’âge adulte. Hier, nous l’envisagions comme une période spécifique dans le rapport au savoir et à l’apprentissage. Aujourd’hui, gardons les yeux rivés sur l’écran. Il s’agit de faire défiler la frise chronologique et cinématographique qui nous mène de Rebel without a cause (La fureur de vivre ) à Supergrave , en passant par Américan Graffiti , Ken Park ou encore Elephant . Objet de fascination entre tous, le cinéma américain traite très tôt de l’adolescence avec des permanences depuis années 50 jusqu’à aujourd’hui : les voitures, les rapports amoureux, le conflit générationnel et des évolutions notoires, dont certains films témoignent particulièrement. Nous nous pencherons à travers ces exemples sur la représentation des adolescents dans le cinéma américain, ses constantes, et ses évolutions.

Carole Desbrats
Carole Desbrats
© Radio France - Richeux

Caroles Desbarats est notre invitée aujourd'hui. Historienne du cinéma, critique, professeur à l’École Normale Supérieure où elle dirige la Diffusion des savoirs en multimédia, elle est aussi l'auteur de plusieurs essais sur le Septième Art, et collabore à la revue Esprit .

Publicité

Mais d'abord, laissons le comédien Pierre Baux déballer sa bibliothèque. Il décide de nous lire un extrait de Jérome , ce roman de Jean Pierre Martinet, dont on a parlé à voix basse pendant des années et qui se refilait presque sous le manteau tant il restait introuvable.

L’image Polaroïd du jour, c’est une façon de répondre sous les porches.

Pour finir l'heure adolescente, nous passerons la parole à qui n’est pas sérieux, et qui avait dix-sept ans à peine, en écrivant les poèmes des * Cahiers de Douai* . Les voix de la Comédie-Française lisent** Arthur Rimbaud** pour ce Poème du jour.

Programmation musicale

The Rolling Stones, Mother little helper

Matilda, Curtain call

Bob Seger, Old time rock n roll (B.O du film Risky Business )

Références

L'équipe

Marie Richeux
Marie Richeux
Marie Richeux
Production
Anne-Laure Chanel
Réalisation
Cyril Baert
Collaboration