Poisson clown de madagascar - © MNHN - Laurent Tarnaud
Poisson clown de madagascar - © MNHN - Laurent Tarnaud
Poisson clown de madagascar - © MNHN - Laurent Tarnaud
Publicité
Résumé

Non loin de Madagascar, on peut trouver ce poisson aux tons oranges, noirs et blancs, en compagnie de son anémone de mer. Ces deux là vivent au contact l’un de l’autre, dans le même espace. L’anémone, protégeant son poisson-clown, qui lui-même, défend son anémone. Unis par une sorte de pacte.

En savoir plus

Chez les poissons-clowns, c’est la femelle qui a les pleins pouvoirs. Elle possède d’ailleurs un harem de mâles, plus petits qu’elle. Chaque mâle est posté dans son anémone de mer et évolue au sein de ses tentacules.

Gare aux autres poissons qui oseraient s’en approcher. Car le poisson-clown n’est pas ce qu’on appelle un craintif. Peu importe la taille de l’adversaire. Il crie. Fort. Et en claquant des dents. Un avertissement qui dit ceci : « passe ton chemin ».

Publicité
Poisson clown mouffette et anémone
Poisson clown mouffette et anémone
- © MNHN - Laurent Tarnaud

Si l’intrus n’obtempère pas, il risque la mise à mort : coups de dents ou coups de museaux dans les flancs, le poisson-clown n’est pas un tendre.

Chez les poissons-clowns, on crie pour marquer son territoire, imposer le respect aux autres, ou en signe de soumission mais jamais pour trouver un partenaire sexuel. La femelle, d’ailleurs, qui est bien plus imposante que le mâle, produit des sons graves. Les mâles, au gabarit plus léger, font des sons aigus et leurs petits dont le sexe n’est pas encore déterminé, des sons encore plus aigus. Facile ainsi de savoir qui crie dans la famille.

Ceci étant dit, les relations familiales chez les poissons-clowns sont pour le moins originales. Peut-être avez-vous en tête « Le Monde de Némo » célèbre dessin animé qui raconte l’histoire du petit poisson-clown Némo pris en charge par son père à la mort de sa mère. La réalité est toute autre. Car dans la vraie vie des poissons-clown, lorsque la femelle meurt, papa Némo change de sexe, se transforme immédiatement en maman Némo. Et le petit Némo, tout asexué qu’il était, devient alors le nouveau mâle du couple. Une situation qui transposée dans le monde des humains rendrait la famille Némo transgenre et incestueuse. Mais chez les poissons-clowns, on parle d’hermaphrodisme protandre. Et on n’en fait pas toute une histoire.

Poisson clown mouffette et anémone
Poisson clown mouffette et anémone
- © MNHN - Laurent Tarnaud

Conseiller scientifique : Eric Parmentier (Université de Liège)

Présentation du Professeur Eric Parmentier

Laboratoire de Morphologie Fonctionnelle et Évolutive

Centre de recherche en Ichtyologie Fondamentale et Appliquée

Projet MORPHO

Recherche iconographique : Frédéric Guilbert (Sonothèque du Muséum d'Histoire Naturelle)

Références

L'équipe

Laurent Paulré
Réalisation