"Rusty James" de Francis Ford Coppola - Wild Side
"Rusty James" de Francis Ford Coppola - Wild Side
"Rusty James" de Francis Ford Coppola - Wild Side
Publicité
Résumé

Adrienne Boutang, maître de conférence, évoque la sortie en version restaurée de "Rusty James" de Francis Ford Coppola, plus expérimental et personnel qu'"Outsiders", mais basés tous deux sur les livres de Susan E. Hinton. Ce film décisif sur la jeunesse inspirera Gus Van Sant et Larry Clark...

avec :

Adrienne Boutang (historienne du cinéma, maîtresse de conférence dans le département d’anglais de l’Université de Bourgogne Franche-Comté).

En savoir plus

Aujourd'hui, dans Paso Doble :

Adrienne Boutang, enseignante à Paris III, spécialiste de la transgression, des nouveaux tabous, et seuils de tolérance dans le cinéma américain pour Rusty James de Francis Ford Coppola, ressortie en version restaurée et collector Blu-ray + DVD + Livre par Wild Side.

« Outsiders » était une manière pour Francis Ford Coppola de prouver aux producteurs qu’il était capable de rendre un film dans les temps ; « Rusty James » était une façon de se prouver à lui-même qu’il était encore un auteur, un cinéaste et qu’il faisait du cinéma avant tout par amour de l’art et pas par amour de l’argent.

Publicité
"Rusty James" de Francis Ford Coppola
"Rusty James" de Francis Ford Coppola
- Wild Side
"Rusty James" de Francis Ford Coppola
"Rusty James" de Francis Ford Coppola
- Wild Side

Synopsis

Tulsa, Oklahoma. Petite frappe locale, Rusty James rêve d’égaler les exploits de son grand frère, le Motorcycle Boy, légendaire chef de bande qui a choisi de s’éclipser. En son absence, pour être à la hauteur de sa réputation et se tailler la part du lion, Rusty se frotte aux gangs rivaux… Un soir, une rixe tourne mal. Le voyou est gravement blessé et ne doit son salut qu’à l’intervention inattendue de son aîné. Mystérieux et charismatique, le Motorcycle Boy est de retour chez lui…

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Rusty James voyait le monde en noir et blanc dans le roman de Susan Eloise Hinton, ce personnage était privé d’une partie de la vision du monde normal. Le film de Coppola, en noir et blanc, s’accordait à cela mais il y avait aussi chez le cinéaste ce grand plaisir de jouer avec une image très contrastée et la volonté qu’on place le film dans la filiation des grands films en noir et blanc antérieurs, il y a tout le cinéma expressionniste allemand, Orson Welles, il y a tous ces cinéastes qui jouent avec la lumière et je pense qu’il a compris tout de suite que pour faire ce qu’il voulait faire, quelque chose d’un peu décalé par rapport au récit ado typique, il fallait du noir et blanc.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Il y a une malédiction « Rusty James »… Le plus malin de toute l’équipe d'« Outsiders », Tom Cruise, avait très intelligemment compris ça et avait refusé de participer à « Rusty James » parce qu’il sentait que c’était un mauvais coup en termes de carrière. Les acteurs de Rusty James ont été mythifiés, figés dans leur rôle, aussi bien Matt Dillon que Mickey Rourke.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.