The sea is behind, Hicham Lasri - Hicham Lasri / Les Films de l'Atalante
The sea is behind, Hicham Lasri - Hicham Lasri / Les Films de l'Atalante
The sea is behind, Hicham Lasri - Hicham Lasri / Les Films de l'Atalante
Publicité
Résumé

Le cinéaste Hicham Lasri nous parle ce matin de son nouveau film -le troisième-, étonnant, onirique, dur, et qui évoque le destin d'un danseur en quête de transe et de rédemption...

avec :

Michel Ciment (critique de cinéma, écrivain, producteur de radio), Hicham Lasri (réalisateur et dramaturge).

En savoir plus

Aujourd'hui, dans Paso Doble :

Hicham Lasri, réalisateur du film The sea is behind, en salles le 28 septembre

En tant que cinéaste du sud, marocain -je déteste cette dénomination mais on va jouer avec en attendant de trouver autre chose-, on a toujours l'impression qu'on attend qu'on fasse toujours du cinéma social, un cinéma utilitaire, qui permet de dire “ok, on explique des choses” par rapport à nos sociétés...

Publicité

Or moi, je suis un enfant de Mad Max, de Terminator et de Predator, des films comme ça, c'est ça qui m'interpelle : c'est le langage du cinéma. C'est à dire qu'il faut partir de quelque part, il faut appartenir à une culture et la comprendre, et la digérer et puis jouer avec ça, donner même un deuxième degrès d'ironie par rapport à cette société.

Donc je voulais raconter l'histoire de ce refroidissement qu'on subit au Maroc : c'est très étrange, par exemple il n'y a pas longtemps il y avait des lynchages d'homosexuels à Fez alors qu'il y a dix ans, quinze ans, vingt ans, voir un homme grimmé en femme danser sur une carriole parce qu'il faut ramener la dot à la mariée, c'était bon enfant.

Résumé du film (Les Films de l'Atalante) :
Tarik s’habille en femme, se maquille, danse sur le chariot de son père, dans la pure tradition de ces hommes travestis qui égayaient les cérémonies de mariage.
Mais derrière cette joie contrainte, cette allégresse de circonstance, se dissimulent un mal-être et une tristesse profonde.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Hicham Lasri
Hicham Lasri
- © ubi/kan

La Chronique mensuelle de Michel Ciment, en positif et négatif

Aujourd'hui, Michel Ciment revient sur deux films :

Nocturama de Bertrand Bonello et Divines de Houda Benyamina.

Références

L'équipe

Tewfik Hakem
Tewfik Hakem
Tewfik Hakem
Production
Thomas Dutter
Réalisation
Anaïs Ysebaert
Collaboration