Ollivier Pourriol
Ollivier Pourriol - © Julien Falsimagne 2016
Ollivier Pourriol - © Julien Falsimagne 2016
Ollivier Pourriol - © Julien Falsimagne 2016
Publicité

Dans son nouveau roman en forme de polar, Ollivier Pourriol oscille entre hommage au cinéma et satyre de ce celui-ci. Drôle, irrévérencieux et très documenté, ce roman dans lequel "jouent" Catherine D. et Gérard D., esquisse un désir de cinéma fondu dans un livre.

Avec

Aujourd'hui, dans Paso Doble :

Ollivier Pourriol pour Une fille et un flingue aux éditions Stock

L’essence de ce livre c’est un désir de cinéma qui aboutit en livre parce qu’on est beaucoup plus libre en littérature qu’on ne l’est dans le cinéma"

Publicité

...

Gérard Depardieu disait « Truffaut, c’était un vrai voyou », et dans la bouche de Depardieu, c’est un compliment ; mais c’est un vrai voyou sans les crimes, c’est un vrai voyou qui met toute son astuce au service de films. Donc un film, d’une certaine manière c’est toujours un hold-up, parce qu’il faut le faire contre son époque, contre les résistances du temps…

Truffaut l’avoue lui-même, il a fait certains films avec de l’argent dont il ne savait pas d’où il venait, mais il dit qu’un financement plus raisonnable des films ne donnera pas des meilleurs films, ça donnera des films plus raisonnables…Ce n’est pas la même chose…

...

La question c’est : comment on fait pour financer un film quand on ne connaît personne et qu’on n’a pas l’argent ? La solution que trouvent mes deux personnages, c’est de financer le tournage par le tournage lui-même ; ils proposent une scène de braquage avec Catherine Deneuve et pour elle, ce braquage est un simple tournage, sauf qu’elle ignore qu’elle va braquer vraiment... c’est le rêve d’un producteur ! Un film qui se finance lui-même…

L'équipe

Tewfik Hakem
Tewfik Hakem
Tewfik Hakem
Production
Thomas Dutter
Réalisation
Anaïs Ysebaert
Collaboration