Rachid Koraïchi, Les Maîtres Invisibles, installation suspendue au-dessus de l’exposition ‘Le futur de la tradition – La tradition du futur’, Haus der Kunst, Munich 2010
Rachid Koraïchi, Les Maîtres Invisibles, installation suspendue au-dessus de l’exposition ‘Le futur de la tradition – La tradition du futur’, Haus der Kunst, Munich 2010
Rachid Koraïchi, Les Maîtres Invisibles, installation suspendue au-dessus de l’exposition ‘Le futur de la tradition – La tradition du futur’, Haus der Kunst, Munich 2010 - Photo : Ferrante Ferranti / courtesy October Gallery, London
Rachid Koraïchi, Les Maîtres Invisibles, installation suspendue au-dessus de l’exposition ‘Le futur de la tradition – La tradition du futur’, Haus der Kunst, Munich 2010 - Photo : Ferrante Ferranti / courtesy October Gallery, London
Rachid Koraïchi, Les Maîtres Invisibles, installation suspendue au-dessus de l’exposition ‘Le futur de la tradition – La tradition du futur’, Haus der Kunst, Munich 2010 - Photo : Ferrante Ferranti / courtesy October Gallery, London
Publicité
Résumé

Deuxième jour de notre semaine consacrée à la ville d'Alger qui abrite en ce moment des oeuvres de l'artiste plasticien Rachid Koraïchi, qui rend hommage aux grands maîtres soufis et nous parle ce matin de son travail, engagé et profondément enraciné.

avec :

Rachid Koraïchi (Artiste plasticien).

En savoir plus

Semaine spéciale, dans Paso Doble, consacrée à Alger

Aujourd'hui, retour à l'Ecole des Beaux-Arts d'Alger avec :

Rachid Koraïchi, artiste plasticien, exposé actuellement au Musée public national d’art moderne et contemporain d’Alger.

Rachid Koraïchi sera prochainement exposé à la Foire d'art contemporain et de design Also Known As Africa à Paris au Carreau du Temple du 11 au 13 novembre 2016 et à la galerie A2Z à Paris.

Publicité

Site de la galerie londonienne de Rachid Koraïchi : October Gallery

Rachid Koraïchi, "Abdelkader al-Jilani", 2008 (Les Maîtres Invisibles), cotton appliqué sur du cotton. Dimensions approximatives par étendard : 348 x 200cm
Rachid Koraïchi, "Abdelkader al-Jilani", 2008 (Les Maîtres Invisibles), cotton appliqué sur du cotton. Dimensions approximatives par étendard : 348 x 200cm
- Photo : Ferrante Ferranti / courtesy October Gallery, London
Rachid Koraïchi, "Attar", 2008 (Les Maîtres Invisibles), cotton appliqué sur du cotton. Dimensions approximatives par étendard : 348 x 200cm
Rachid Koraïchi, "Attar", 2008 (Les Maîtres Invisibles), cotton appliqué sur du cotton. Dimensions approximatives par étendard : 348 x 200cm
- Photo : Ferrante Ferranti / courtesy October Gallery, London

Musique diffusée durant l'émission :

Nuit d'Alger de Joséphine Baker.

, arpenteur de l'âme d'Alger.

Photo de Nadjib Bouznad
Photo de Nadjib Bouznad
- © Nadjib Bouznad

Comment décrire Alger ? Comment l’écrire ? Comment dire ces couleurs, cette lumière, ce chaos, cette explosion de vie, de joie, de douleur, croisés à chaque coin de rue. Et surtout, comment ne pas tomber dans les… clichés !

Le photographe algérois Nadjib Bouznad, 28 ans, arpente inlassablement sa ville. Il la voit dans les regards, les postures, les scènes du quotidien et les natures mortes – devrais-je dire vivantes ?- formées par l’accumulation d’objets, d’étals, de linges, de paraboles, de, de, de et encore de… Il rend compte d’un quotidien fait de postures, de jeux, de regards, curieux, contemplatifs ou absents, de gestes concentrés ou hésitants, quotidien qu’il glane et qu’il nous restitue, toujours baigné de l’explosive lumière du ciel.

Texte et sélection de photos par Samir TOUMI, écrivain, auteur de « Alger, le cri » (Barzach 2014) et « L’effacement » (Barzach 2016)

Références

L'équipe

Tewfik Hakem
Tewfik Hakem
Tewfik Hakem
Production
Thomas Dutter
Réalisation
Anaïs Ysebaert
Collaboration