Babx & Roja Chamankar
Babx & Roja Chamankar
Babx & Roja Chamankar ©Radio France - Martin Quenehen
Babx & Roja Chamankar ©Radio France - Martin Quenehen
Babx & Roja Chamankar ©Radio France - Martin Quenehen
Publicité
Résumé

Ce soir, la table de Ping Pong danse au son de la langue persane et d’une musique claire comme le cristal et hérissée comme le punk. Avec Babx pour son dernier disque, "Cristal automatique", et Roja Chamankar, au festival Étonnants Voyageurs pour "Je ressemble à une chambre noire".

avec :

Chamankar Roja (poétesse, auteure), Julien Lefèvre (musicien, violoncelliste), Babx (Auteur, compositeur, interprète).

En savoir plus

Ensemble, ils nous parleront d’amour bien sûr, de poésie aujourd’hui et du pouvoir des mots, pour ouvrir les portes et regarder sous les tapis.

ACTUALITÉS

du 7 au 15 mai au Cirque Electrique, à la Maison de la Poésie, au FGO Barbara - Paris

Babx & Julien Lefèvre au Cirque Electrique, le vendredi 13 mai pour "Les Amours Poly-Gammes" :

Publicité

Le premier de nos trois soirs d’ivresse au Cirque Électrique dresse un banquet poétique, musical et théâtral tout- feux-tout-femme, arrosé en abondance par une pluie de cordes sensibles, d’encre noire et de rêves bariolés. Par glissements progressifs du délire, les caresses sonores prodiguées par la viole de gambe de Marie-Suzanne de Loye apprivoiseront les mélopées yiddish de la chanteuse-accordéoniste Violaine Lochu, ou iront se frotter sans gêne au chant soyeux du poète et guitariste Yann Tambour (surnommé Encre ou Stranded Horse). Dans ces cœurs-à-cordes tendus, pincés, caressés, suspendus ou frôlés par la danse voluptueuse des mots, les déclamations d’amour de la vocaliste Claudia Solal feront fondre à feu vif les notes sucrées-salées du pianiste Benjamin Moussay, à moins qu’un certain Babx, adepte des veillées sans fin, décide lui aussi de s’y tremper les plumes volées au violoncelle de Julien Lefèvre. Autant de déclamations d’amour projetées sur la grand-voile du dessinateur Edmond Baudoin, dont le pinceau n’aura qu’à suivre la trace laissée par le poète et filer à-travers chants, croisant la harpe irrésistible de Laura Perrudin, elle-même entraînée par monts et par mots dans les champs magnétiques de Nosfell, et vie-c’est-vers-ça. Un fil conducteur sur lequel la funambule Sanja Kosonen n’aura plus qu’à se mettre à danser, penchant joyeusement vers le vide en un équilibre à réinventer sans cesse entre l’étreinte des astres, l’astreinte des êtres, l’amour et la liberté.

Avec : EDMOND BAUDOIN (dessin), VIOLAINE LOCHU (accordéon, voix), MARIE SUZANNE DE LOYE (viole de gambe), CLAUDIA SOLAL (chant), BENJAMIN MOUSSAY (piano), YANN TAMBOUR / STRANDED HORSE (voix, guitare, kora), SANJA KOSONEN (fil de fer) NOSFELL (voix), LAURA PERRUDIN (harpe, voix), BABX (voix, piano) et JULIEN LEFEVRE (violoncelle)

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

, à Saint-Malo, du 14 au 16 mai

Rosa Chamankar, jeune poétesse iranienne, est l’invitée du Festival Etonnants voyageurs dans le cadre de la discussion : « Besoin de poème ».

>>> POESIE : « Je ressemble à une chambre noire » de Roja Chamankar - éditions Bruno Doucey

Elle vit en Iran, où elle est née deux ans après la révolution. Elle écrit de la poésie et a participé au festival Voix vives de Méditerranée en Méditerranée de Sète, où je l’ai rencontrée. Elle, c’est Roja Chamankar, l’une des grandes voix de la jeune poésie féminine iranienne. Je ressemble à une chambre noire donne à lire, dans une édition bilingue, un large choix de ses poèmes. Les premiers se situent aux frontières de l’enfance, là où la poupée, la petite fille, la femme et la mère se rencontrent. Puis viennent les textes du désir et de l’amour, de l’attente, des blessures causées par la guerre, des rêves explosés, des meurtrissures intimes et sociétales. Par ses textes écrits sur le fil, Roja s’invente des portes de sortie ; et l’on se plaît à voir dans la chambre noire qui lui ressemble l’image d’une poésie qui sait transformer la noirceur en lumière.

  • note de l'éditeur -
"Je ressemble à une chambre noire" - Roja Chamankar - ed. Bruno Doucey
"Je ressemble à une chambre noire" - Roja Chamankar - ed. Bruno Doucey

DISQUE DU JOUR

Artiste :  - Titre :  - Album

Références

L'équipe

Martin Quenehen
Production
Mathilde Serrell
Production
Thomas Beau
Réalisation
Zoé Sfez
Chronique
Aïssatou N'Doye
Collaboration
Hélène Delye
Collaboration