France Culture
France Culture
Publicité

25 ans après la chute du Mur, à laquelle France Culture consacre une semaine spéciale, les jeunes Allemands font preuve d'une grande mobilité européenne et internationale. Dans le même temps, l'Allemagne est l'une des destinations préférées des étudiants européens. Un comportement qui joue comme un accélérateur de carrière et permet de doper la présence allemande sur les marchés internationaux. Reportage en Allemagne de Jean-Marc Chardon.

Carte de visite Allemagne
Carte de visite Allemagne
© Fotolia - Igor

La mobilité internationale s’est partout accélérée chez les étudiants européens, et singulièrement en Allemagne. Le nombre d’étudiants ayant opté pour des études à l’étranger a plus que doublé au cours des années 2000, et ce mouvement se confirme.

Publicité
Jochen Hellmann
Jochen Hellmann
© Radio France - Jean-Marc Chardon

Cette augmentation de la mobilité ne surprend pas Jochen Hellmann, le secrétaire général de l’ UFA, l’Université franco-allemande, installée à Sarrebruck :

Écouter

1 min

L'Allemagne, terre d'élection des jeunes Européens
Cette mobilité internationale s’inscrit dans un double mouvement. Mais elle joue aussi un rôle leader dans l’Europe continentale, avec un taux d’accueil de 12 %. L’Allemagne attire ainsi autant d’étudiants européens que les États-Unis.

Clotilde Lavergne-Bril
Clotilde Lavergne-Bril
© Radio France - Jean-Marc Chardon

Clotilde Lavergne-Bril, étudiante en relation et communication transfrontalière franco-allemande , reconnaît cette capacité d’attractivité outre-Rhin :

Anthéa Mariani-Jung

14 sec

Ce qu’attendent les étudiants de la mobilité va au-delà. Il s’agit de l’immersion dans une culture internationale qui, dans leur approche personnelle, répond aux attentes de la société contemporaine. Ils ne conçoivent pas leur avenir sans la maîtrise de plusieurs langues et l’appartenance à des réseaux professionnels élargis.

Etudiantes à l'Université de la Sarre
Etudiantes à l'Université de la Sarre
© Radio France - Jean-Marc Chardon

Ecoutez Maité, Laura, Roxane et Clotilde, étudiantes française allemande et franco-allemandes à l’UFA de Sarrebruck :

Maité, Laura, Roxane et Clotilde, étudiantes française allemande et franco-allemandes à l’UFA de Sarrebruck

56 sec

**Répondre à la demande **

Carole Reimeringer, responsable de programmes à l’UFA
Carole Reimeringer, responsable de programmes à l’UFA
© Radio France - Jean-Marc Chardon

Devant la demande d’une plus grande mobilité, les universités s’organisent. A l’Université franco-allemande de Sarrebruck, on répond aux flux croisés d’étudiants par une pédagogie axée sur des cursus intégrés qui débouchent sur un double diplôme. Il en résulte pour les enseignants une obligation de coopérer entre établissements. Carole Reimeringer, responsable de programmes à l’UFA , est attentive au mode de gestion de ces flux :

Carole Reimeringer, responsable de programmes à l'UFA

30 sec

Quels pays d'Europe sont les meilleurs élèves pour l’accueil des étudiants étrangers ?

L'Allemagne, la Belgique, l'Espagne, la France et l'Italie possèdent les meilleurs systèmes de soutien public pour promouvoir les possibilités d'études ou de formation à l'étranger.

Les informations et conseils sur les possibilités de mobilité y sont les plus développés.

C’est ce qui ressort du premier tableau de bord de la mobilité publié par l’Union européenne en janvier dernier. L’Allemagne ainsi que la partie néerlandophone de la Belgique, l'Italie et l'Autriche se démarquent pour leur soutien aux étudiants issus de milieux défavorisés.

S'intégrer dans un monde du travail mondialisé

Hans-Jürgen Lüsebrink, responsable d'un master trinational interculturel à l’Université de la Sarre
Hans-Jürgen Lüsebrink, responsable d'un master trinational interculturel à l’Université de la Sarre
© Radio France - Jean-Marc Chardon

La pratique d’une mobilité serait-elle le signe d’une prise de conscience de l’importance des réalités de la mondialisation dans l’exercice des responsabilités profesionnelles ? C’est la conviction de **Hans-Jürgen Lüsebrink, responsable d’un master trinational interculturel ** (France, Allemagne et Luxembourg) à l’Université de la Sarre. Il y voit l’émergence d’une génération d’étudiants qui a intégré les nouveaux codes de vie du travail :

Écouter

1 min

Christian Wagner, responsable d’un cursus trinational de licence en physique à l'UFA
Christian Wagner, responsable d’un cursus trinational de licence en physique à l'UFA
© Radio France - Jean-Marc Chardon

L’amplification de ce mouvement pose dans le même temps une série de questions sur la capacité des étudiants épris de mobilité à assumer leurs choix. Cette mobilité se réalise en grande partie dans le domaine des sciences humaines.

En Allemagne, on constate une demande plus forte dans le secteur des sciences et de l’ingéniérie. Dans tous les cas, ce peut être l’amorce d’une carrière internationale où les stratégies professionnelles sont déterminantes. C’est l’analyse de** Christian Wagner** , responsable d’un cursus trinational de licence en physique (France, Allemagne et Luxembourg) à l'UFA :

Hans-Jürgen Lüsebrink, responsable d’un master trinational interculturel (France, Allemagne et Luxembourg) à l'UFA

36 sec

Une mobilité qui, d’après une enquête de l’Université franco-allemande, permettrait à près de 71 % de ses étudiants de décrocher une emploi en moins de trois mois. Mais la mobilité a aussi un coût. A l’heure des restrictions budgétaires, les universités qui doivent réaliser des économies ont aussi des arbitrages à effectuer pour assurer un accueil correct aux étudiants venus d’autres pays européens.

Erasmus : une expérience à forte valeur professionnelle

Compétences en langues, flexibilité, mobilité : toutes ces qualités sont recherchées dans le monde du travail. Et semblent acquises par les étudiants qui ont effectué hors de leur pays un séjour Erasmus. Un programme célèbre mais un temps économiquement menacé et devenu Erasmus +

Génération Erasmus
Génération Erasmus
© Radio France

L’Agence ** Europe Education Formation France ** a dressé en 2012 un bilan des différentes études existantes sur le dispositif. L’expérience internationale semble renforcer la capacité d’adaptation, l’esprit d’initiative, la capacité à planifier et la confiance en soi. En revanche, « les liens verticaux entre l'expérience internationale et la réussite d’une carrière (type de poste, rémunérations) sont plus difficiles à montrer ».
Depuis la création d’Erasmus en 1987, le nombre d’étudiants total ayant étudié à l’étranger via ce dispositif croît régulièrement. Mais il reste faible : moins d’1% y participent. « L’enquête Eurostudent montre que moins de 15 % des étudiants européens interrogés ont bénéficié depuis leur inscription dans l’enseignement supérieur d’une expérience de mobilité internationale (étude, stage, séjour linguistique ) », précise ce document.

**Découvrez ce que vous nous avez dit sur Twitter ** de votre expérience à l'étranger