France Culture
France Culture
Publicité

Au sommaire :

Depuis que je m’intéresse aux nouvelles technologies, une chose me frappe : la place de l’Histoire dans les discours sur les technologies. Mais, à vrai dire, je suis frappé par des choses très différentes. Souvent, je suis frappé par l’absence totale d’historicisation dans les questions que nous posent le numérique. Quand on parle de fin de la vie privée, quand on parle de sentiment d’accélération du temps, d’overdose de l’information. Sommes-nous vraiment les premières générations à vivre cela, n’y a-t-il pas moyen d’aller voir dans l’Histoire s’il n’y pas à réfléchir à partir de la manière dont des problèmes semblables se sont posés dans le passé ? En même temps, je suis frappé aussi par le relativisme historique dont font preuve certains, notamment pour disqualifier toute critique de la technologie : « vous avez peur d’Internet ? Vous êtes comme ces savants du 19e siècle qui pensaient que le train rendrait aveugle ! » Alors même qu’on est incapable de savoir si des savants du 19e siècle ont pensé cela. Je suis frappé que ce relativisme puisse servir aussi une technophobie bétasse : « ah vous pensez qu’Internet va changer la vie politique, eh bien souvenez des discours qu’on tenait sur la télévision à ses débuts, comme quoi elle allait supprimer les guerres en faisant disparaître les malentendus entre les peuples. » Il me semble donc qu’il y a une vraie nécessité à user de l’Histoire pour réfléchir à ce qui nous arrive aujourd’hui. Mais qu’il a aussi beaucoup de précautions à prendre pour que cet usage soit fondé. Alors, j’ai demandé aujourd’hui à un historien de venir nous éclairer sur ces questions, mais aussi nous dire comment, lui, en tant qu’historien, et en tant qu’historien d’une période lointaine (le Moyen-Age) en l’occurrence, il regarde les questions numériques.

Publicité

Patrick Boucheron Historien médiéviste. L’auteur de plusieurs ouvrages importants, le dernier c’est Conjurer la peur - Sienne*, 1338. Essai sur la force politique des images, * mais il a travaillé auparavant sur les villes italiennes au Moyen-Age, son objet de départ, sur la notion d’espace (qui nous intéresse particulièrement), et a dirigé une Histoire du monde au 15e siècle. Son travail touche parfois aux confins de la fiction, comme cette rêverie-réflexion autour d’une rencontre entre Léonard de Vinci et Machiavel. Et il réfléchit aussi sur l’Histoire, en particulier dans l’Entretemps où il postule l’intérêt nécessaire pour ce qui s’est passé entre l’historien et la période qu’il étudie. Récemment, au détour d’entretiens autour de son livre, Internet a été mentionné à plusieurs reprises (voir les liens ci-dessous).

**A lire sur [

logo InternetActu.net
logo InternetActu.net
© Radio France

](http://www.internetactu.net/author/xavierdelaporte/) : « Le deuxième âge des machines »**

*Place de la Toile #pdlt ***[

](http://twitter.com/xporte "Place de la toile sur twitter") [

twitter
twitter

](http://twitter.com/thibnton) [

facebook
facebook

](http://www.facebook.com/pages/Place-De-La-Toile/154486234601301 "Place de la toile sur Facebook")* ** *