Publicité
En savoir plus

"Au coeur de l'e-G8", le dossier d'Eric Chaverou pour le site de France Culture.

Bertrand de La Chapelle et Marc Benhamou
Bertrand de La Chapelle et Marc Benhamou
© Radio France - Th

Bertrand de La Chapelle et Bernard Benhamou Th©Radio France

Publicité

Mardi et mercredi, s'est déroulé dans les Jardin des Tuileries, à Paris, le premier G8 de l'Internet, baptisé e-G8.

Il y avait du monde. Outre le président de la République à l'initiative de ce sommet, on a vu se succéder à la tribune des ministres, des grands acteurs de l'économie mondiale, parmi eux les plus grandes entreprises de services sur Internet (Google, Facebook, Ebay...), les grands opérateurs des télécommunications, des start ups à la réussite flamboyante. Peu de représentants d'un autre Internet que l'Internet marchand, peu de représentants de la société civile. Ca c'était à la tribune. Dans la salle il en allait un peu différemment. Quelques chercheurs invités, quelques militants d'un Internet libre et ouvert, et de grandes figures telles Lawrence Lessig, l'inventeur des Creative Commons ou Yochaï Benkler, le théoricien des réseaux. Il y a eu quelques moments de frictions, rares, quelques rencontres aussi peut-être.

En quoi les discussions qui avaient lieu sous les grandes tentes du jardin des Tuileries allaient changer quelque chose à un texte qui avait été négocié en amont par les sherpas des huit pays du G8 ? Quel est l'agenda français dans cette histoire ? Le prestige personnel du Président ? Promouvoir l'Hadopi et l'idée d'une taxe sur les grands fournisseurs de services américains ? Organiser le marché ? Imposer l'idée d'une régulation de l'Internet par les Etats ?... Mais alors selon quels modes ? Car les intérêts des grands acteurs de l'Internet que sont, moins que les Etats, les fournisseurs d'accès, le fournisseurs de contenus et la société civile, ne sont pas pas convergents, c'est le moins qu'on puisse dire.

Invités
Bernard Benhamou, délégué aux Usages de l'Internet au ministère de la Recherche et de l'Enseignement Supérieur, et au ministère de l'Industrie.

Divina Frau-Meigs, professeur à la Sorbonne nouvelle, sociologue des médias,ayant publié un ouvrage récent sur “Media Matters in the Information Society : towards a human-rights based governance”, fruit de ses travaux avec le Conseil de l’europe sur la gouvernance d’internet. Au Sommet mondial sur la Société de l’Information (2001-2005), elle a dirigé la coalition internationale “éducation, enseignement supérieur, recherche” et a été membre du bureau de la société civile. Depuis 2005, elle est membre de la coalition pour la gouvernance d’internet, qui représente une coalition multi-partite au Forum de la Gouvernance d’Internet, établi au sein des Nations Unies.

Bertrand de La Chapelle, diplomate, directeur des programmes de l'Académie diplomatique internationale, membre du board des directeurs de l'ICANN, organisme américain qui gère les noms de domaine.

Sons

  • Discours d'inauguration de l'e-G8 du président de la République
  • Scala & Kolacny Brothers, "Creep" (reprise de Radiohead, bande son du film "The Social Network")

Suivez "Place de la toile" (#pdlt)

Références

L'équipe

Thibault Henneton
Collaboration