Audrey Hepburn dans Diamants sur canapé de Blake Edwards (1961)
Audrey Hepburn dans Diamants sur canapé de Blake Edwards (1961) - Splendor Films
Audrey Hepburn dans Diamants sur canapé de Blake Edwards (1961) - Splendor Films
Audrey Hepburn dans Diamants sur canapé de Blake Edwards (1961) - Splendor Films
Publicité

Plan Large sur Blake Edwards, inventeur et expérimentateur, cinéaste du raffinement, du burlesque et de la mélancolie avec Nicolas Truffinet et Charlotte Garson.

Avec
  • Nicolas Truffinet Critique de cinéma, enseignant à Paris I
  • Charlotte Garson Rédactrice en chef adjointe des Cahiers du cinéma

Il suffit de prononcer le nom de Blake Edwards pour que la panthère rose s’en mêle. Et pour cause : le félin au museau allongé, son inspecteur moustachu et gaffeur et les musiques d’Henry Mancini ont accompagné, pour le meilleur et pour le pire, une étonnante carrière, qui pendant 40 ans, des années 1950 aux années 1990, de Tony Curtis, Cary Grant et Audrey Hepburn, à Bruce Willis, Dudley Moore et Kim Basinger, ont fait de Blake Edwards à la fois l’héritier et le continuateur d’un certain classicisme hollywoodien, et le précurseur de la nouvelle comédie américaine. 

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Inventeur et expérimentateur d’un genre hybride, mêlant l’alacrité et la mélancolie, le burlesque le plus sauvage et la plus cruelle des clairvoyances, Blake Edwards a fait persister une part d’enfance dans un monde où l’innocence s’était perdue ; queer avant l’heure, il a jeté le trouble dans les genres, sexuels comme cinématographiques. Élégamment subversif, Blake Edwards a toujours considéré le rire comme la seule attitude acceptable face à la dépression et à la mort. Plan Large profite de la ressortie en salles (depuis le 17 janvier) de son premier chef d’œuvre, Breakfast at Tiffany’s, alias Diamants sur canapé (1961) pour explorer la part la plus intime de son œuvre avec Nicolas Truffinet, critique de cinéma, auteur de l'essai, Entre temps, Blake Edwards (éditions Playlist Society) avec à ses côtés la critique Charlotte Garson

Publicité

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

En dernière partie d’émission, la chronique de Charlotte Garson, pour évoquer la figure mythique de la cinéphilie, critique, penseur et passeur de cinéma, Jean Douchet, qui fait l'objet d’un documentaire amoureux qui sort en salles le 24 janvier : Jean Douchet, l’enfant agité.sur le film Jean Douchet, l’enfant agité, de Fabien Hagège, Guillaume Namur et Vincent Haasser. 

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Liste des extraits diffusés :

  • Extraits de Micki and Maude (1984) et La Panthère Rose (1963) de Blake Edwards 
  • Extrait de Diamants sur canapé, de Blake Edwards (1961)
  • Extrait de The Party, de Blake Edwards (1968)
  • Extraits de Vacances à Paris, de Blake Edwards (1958)
  • Extrait de Le jour du vin et des roses, de Blake Edwards (1962)
  • Extrait de S.O.B., de Blake Edwards (1981)
  • Extrait de Victor / Victoria, de Blake Edwards (1982)
  • Extrait de Micki and Maude, de Blake Edwards (1984)
  • Extrait de L'amour est une grande aventure, de Blake Edwards (1989)
  • Extrait de La Panthère Rose, de Blake Edwards (1963)
  • Extraits du film Jean Douchet, l'enfant agité de Fabien Hagège, Guillaume Namur et Vincent Haasser
  • Jean-Philippe Rameau, Les Indes Galantes - les sauvages, interprété par Grigory Sokolov 

L'équipe

Antoine Guillot
Antoine Guillot
Antoine Guillot
Production
Pascaline Bonnet
Collaboration
Somany Na
Réalisation