Le Plein de super, d'Alain Cavalier (1976)
Le Plein de super, d'Alain Cavalier (1976)
Le Plein de super, d'Alain Cavalier (1976) - Hugo Films (2004)
Le Plein de super, d'Alain Cavalier (1976) - Hugo Films (2004)
Le Plein de super, d'Alain Cavalier (1976) - Hugo Films (2004)
Publicité
Résumé

Plan large sur le cinéaste Alain Cavalier, auteur d'un cinéma de l’ascèse quotidienne, au plus près de l’expérience, en compagnie de Natacha Thiéry et Charlotte Garson.

avec :

Natacha Thiéry (Maître de conférences en Esthétique du cinéma à l’Université de Picardie Jules Verne), Charlotte Garson (Rédactrice en chef adjointe des Cahiers du cinéma).

En savoir plus

Le parcours d'Alain Cavalier est un affranchissement, celui de quelqu'un pour qui le cinéma est aussi une force de négation : devenir filmeur comme une réponse au normatif, à l'autorité, à la contrainte. (...) Quant aux souffrances réelles dont il a collectionné des images, le cinéma n'a pas à les imiter mais ne peut que les approcher de manière latérale, et par des substituts.  
Natacha Thiéry

Libera Me, le titre d’un de ses films les plus radicaux, en 1993, peut résumer à lui seul le parcours qui est celui d’Alain Cavalier depuis plus de 60 ans, comme une prière qui aurait été exaucée en passant de la fiction au documentaire. Libère-moi : des artifices du cinéma, de la lourdeur de son dispositif technique et financier, des clichés de sa narration et de son langage éculé. Ce cheminement artistique, pour ne pas dire spirituel, voire mystique, vers une pauvreté assumée, à portée de main, qui consiste à filmer seul, tous les jours, et à en faire des films qui sont autant de collections de visages, de gestes et d’objets qu’il préserve pour conjurer leur disparition.

Publicité

Comme toujours chez Alain Cavalier, il y a une nouvelle forme qui s'invente même dans la détresse la plus totale.  
Charlotte Garson 

À réécouter : Alain Cavalier, la poétique du filmeur

Cette transmutation radicale, par dépouillement et féconde soustraction, l’invention joyeuse et grave de ce cinéma stylisé et épuré qui nous regarde, c’est ce que nous allons raconter aujourd’hui dans Plan Large en quelques stations, de La Chamade à Irène, en passant bien sûr par Thérèse, son plus grand succès. Le tout à l’occasion d’une rétrospective croisée, Alain Cavalier – Ross McElwee, autoportraits, à la Cinémathèque du Documentaire à la BPI du Centre Pompidou à Paris. Avec nous, pour évoquer cette odyssée, qui a parfois été un chemin de croix, deux cavalières passionnées : Natacha Thiéry, qui écrit actuellement un livre sur le cinéaste, qu’on attend avec impatience, et Charlotte Garson.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

La chronique de Charlotte Garson

En fin d’émission, Charlotte Garson nous parle du coffret livre-DVD collector Le cinéma d'Henri Diamant-Berger, édité chez Blaq Out. Un brin oublié dans l'Histoire du cinéma, Henri Diamant-Berger fut un des réalisateurs-producteurs les plus actifs de son époque, de 1915 jusqu'en 1972 : 108 films tournés, dont une légendaire première version des Trois Mousquetaires en 1921, sous forme d’une superproduction diffusée en épisodes sur quatorze semaines à l’époque. Éditeur de la revue pionnière sur le cinéma Le Film, dont le rédacteur en chef était Louis Delluc, introducteur en France des premiers travelling venus des Etats-Unis, constructeur des studios de Billancourt, inventeur de la bande-annonce et du métier de script, premier réalisateur, aux Etats-Unis, d’un film en Technicolor dès 1927, en sommes un des cinéastes les plus féconds du cinéma muet. 

L'Affaire de la rue Lourcine, d'Henri Diamant-Berger (1923)
L'Affaire de la rue Lourcine, d'Henri Diamant-Berger (1923)
- Blaq Out

Les recommandations de Plan Large 

Le numéro 92-93 d'Images Documentaires « Alain Cavalier, portraits/autoportrait », est paru en octobre 2018. 

5 exercices d’admiration de Vincent Dieutre, dont Frère Alain (Cinquième Exercice d’Admiration : Alain Cavalier) en DVD chez La Huit édition.

Alain Cavalier, le filmeur, d'Amanda Robles est paru chez De l'incidence éditeur. 

Les Six portraits XL  sont disponibles en DVD chez Tamasa. Tous les films d'Alain Cavalier sont disponibles en DVD chez Pyramide. 

Pour finir, hommage à la cinéaste documentariste libanaise Jocelyne Saab, disparue le 7 janvier 2019, alors qu'elle venait de faire paraître son premier album de photographies : Zones de guerre aux éditions de l’œil.

Extraits de films 

  • La Chamade, d'Alain Cavalier (1968)
  • Le Plein de super, d'Alain Cavalier (1976)
  • Ce répondeur ne prend pas de messages, d'Alain Cavalier (1979)
  • Thérèse, d'Alain Cavalier (1986)
  • Le Filmeur, d'Alain Cavalier (2005)
  • Irène, d'Alain Cavalier (2009)
  • La fête triste, de Georges Delerue, extrait de la bande originale du film L'Insoumis d'Alain Cavalier (1964)
  • Le Cinéma de Grand-père, de Liliane de Kermadec et Jérôme Diamant-Berger (1995)
  • Dans la vie faut pas s'en faire, de Maurice Chevalier (1921)
Références

L'équipe

Antoine Lachand
Antoine Lachand
Antoine Guillot
Production
Pascaline Bonnet
Collaboration
Somany Na
Réalisation