"Les crimes du futur", de David Cronenberg
"Les crimes du futur", de David Cronenberg
"Les crimes du futur", de David Cronenberg - Crédit Metropolitan Film Export
"Les crimes du futur", de David Cronenberg - Crédit Metropolitan Film Export
"Les crimes du futur", de David Cronenberg - Crédit Metropolitan Film Export
Publicité
Résumé

Aujourd'hui dans Plan Large, nous recevons en direct du 75e Festival de Cannes les cinéastes Albert Serra pour "Pacifiction – Tourment sur les îles", Léonor Serraille pour "Un petit frère", David Cronenberg pour "Les Crimes du Futur" et Kelly Reichardt pour "Showing Up".

avec :

Kelly Reichardt (réalisatrice), Léonor Serraille (réalisatrice et scénariste), Albert Serra (cinéaste), David Cronenberg (Réalisateur, romancier), Mathieu Macheret (Critique de cinéma, journaliste au Monde et aux Cahiers du Cinéma).

En savoir plus

Cette semaine à Cannes avait lieu un colloque ayant réuni une vingtaine de cinéastes autour de la question qui agite un monde du cinéma en pleine interrogation sur sa pertinence et sa pérennité : "Qu’est-ce que c’est qu’être cinéaste aujourd’hui ?". Chacun à sa manière, nos invités aujourd’hui y répondent, par la seule force de leurs films, qui ont fait les belles heures d’une compétition qui s’est achevée vendredi 27 mai sans que ce soit imposé un indubitable favori, les jeux sont donc des plus ouverts, on saura ce soir qui a remporté la Palme d’or.

"Un petit frère" de Léonor Serraille

Notre première invitée a déjà été récompensée d’une Caméra du même métal, c’était à Cannes il y a cinq ans, avec le film qui l’avait révélée, Jeune femme. Léonor Serraille revient directement en compétition avec Un petit frère, qui sur trente ans suit trois membres d’une famille d’origine ivoirienne dans leur installation en France et la vie qu’ils s’y créent : "Cette histoire était l’occasion de dessiner une femme moderne, un électron libre qui a beaucoup de courage, de force, une énergie et qui en même temps n’est pas parfaite, qui a une sorte de dureté en elle. C’était important qu’elle soit complexe mais en vérité il est important que tout soit complexe. J’aime quand les films ressemblent à la vie."

Publicité
"Un petit frère", de Léonor Serraille
"Un petit frère", de Léonor Serraille
- Crédit Diaphana Distribution
27 min

"Pacification - Tourment sur les îles", d'Albert Serra

Le Catalan Albert Serra s’est transporté lui dans la France, certes, mais des antipodes, à Tahiti, avec Pacification - Tourment sur les îles, où il plonge un haut fonctionnaire faussement impassible dans les terres mouvantes de la paranoïa, avec un Benoît Magimel impressionnant de présence sur le fil, qu’on donne déjà comme favori pour le prix d’interprétation ce soir.

"Pacification - Tourment sur les îles", d'Albert Serra
"Pacification - Tourment sur les îles", d'Albert Serra
- Crédit Les films du Losange
1h 01

"Showing up" de Kelly Reichardt

Après Tahiti, direction Portland, en Oregon, le territoire cinématographique de prédilection de la cinéaste américaine Kelly Reichardt. C’est là qu’après First Cow, que la cinéaste a filmé une semaine dans la vie d’une jeune artiste céramiste, jouée par sa complice habituelle, la star Michelle Williams, mal fagotée, revêche et angoissée comme jamais. Il faut dire qu’elle est très stressée, entre le vernissage de son exposition pour laquelle elle est très en retard, son travail administratif dans une école d’art qui lui permet à peine de survivre financièrement, sa famille dysfonctionnelle et son frère bipolaire, son chauffe-eau en panne et son chat tortionnaire de pigeons : "Je voulais montrer ce que c’est que des gens qui veulent fabriquer des choses. Qu’est-ce que c’est pour ces gens qui n’ont pas forcément encore un public acquis, qu’est-ce qui vous permet d’avancer, qu’est-ce qui vous nourris, quel équilibre trouvez vous avec le reste de votre vie ?"

"Showing up" de Kelly Reichardt
"Showing up" de Kelly Reichardt
- Crédit Diaphana Distribution
58 min

"Les crimes du futur", de David Cronenberg

Il y a enfin de l’autoportrait dans ces Crimes du futur de David Cronenberg, du cinéaste en artiste vieillissant, un artiste de body art qui expose les organes étranges et inédits que produit son corps en des performances chirurgicales d’ablation à vif. Le film signe on grand retour, après huit ans d’absence des écrans, au genre qu’il a pour ainsi dire créé, la body horror, qui fait parfois fermer les yeux : "Je vois mes films comme étant un seul film en cours d’évolution, tous mes films ensemble font ce film, c’est ma version d’une série Netflix. Il y a des liens entre ce film et mes anciens films mais cela ne m’apporte rien d’un point de vue créatif. Quand je tourne un nouveau film je me concentre sur le présent, je ne pense pas à ces autres liens mais ils existent."

"Les crimes du futur" de David Cronenberg
"Les crimes du futur" de David Cronenberg
- Crédit Metropolitan Film Export
59 min

La chronique de Mathieu Macheret : que faut-il retenir de cette 75ème édition du Festival de Cannes ?

Close de Lukas Dont, Armageddon time de James Gray, Broker de Kore-Eda Hirokazu, Nostalgia de Mario Martone ou encore Triangle of Sadness de Ruben Ostlund, voilà, quelques-uns des 21 films qui se disputeront ce soir les quelques prix, sept selon le règlement, qu’aura décerné par le jury. On verra si Vincent Lindon et ses comparses sauront exprimer un goût, voire donner du sens à cet ensemble de films des plus disparates, où l’amitié le disputait à la cruauté, où des familles se créaient ou se déchiraient, et où les corps, humains comme animaux, étaient mis à rude épreuve, comme la résistance physique du festivalier : "Très étrangement la compétition de cette année témoigne d’une sorte de difficulté du cinéma lui même à retrouver une temporalité en phase avec les évènement, un cinéma au présent. On assiste à des films qui semblent un peu en retard."

Les annonces de Plan Large

Alors que la 75e édition du festival de Cannes s’achève, c’est un autre festival qui pointe déjà son nez : la 2e édition du Festival France Culture – Arte "Et maintenant ?" est annoncé pour les 21 et 22 octobre prochains. Le questionnaire qui va permettre de le préparer est d’ores et déjà en ligne. 80 questions supervisées par la sociologue Monique Dagnaud, auxquelles nous vous invitons à répondre en vous rendant sur le site internet de "Et maintenant?".

Et en attendant, parce que le Festival de Cannes, ce n’est pas qu’à Cannes, sachez que vous pouvez voir bon nombre des films dont vous avez entendu parler pendant ces dix jours : un peu partout en France, les cinémas Pathé et Gaumont proposent depuis hier et jusqu’à dimanche soir douze films de la sélection officielle. Les films d’Un Certain Regard, dont celui qui a gagné le prix cette année, Les Pires, de Lise Akoka & Romane Guéret, seront eux visibles du 1er au 7 juin au Reflet Médicis, à Paris. La Quinzaine des Réalisateurs sera reprise du 16 au 26 juin au Forum des Images, à Paris. On vous recommande en particulier le film qui y a été primé, le formidable La Montagne, de Thomas Salvador, entre documentaire alpin et fantastique minéral. Et puis enfin, la Semaine de la Critique, ce sera à la Cinémathèque française du 8 au 13 juin, et les films de l’Acid, ce sera à la rentrée 2022, avec des reprises à Paris, Lyon, Marseille, Nantes, mais aussi Tanger, Belgrade, Lisbonne et Porto.

Références

L'équipe

Antoine Lachand
Antoine Lachand
Antoine Guillot
Production
Marceau Vassy
Collaboration
Vivian Lecuivre
Réalisation