The Naked Kiss de Samuel Fuller (1966) ©AFP - Archives du 7ème Art
The Naked Kiss de Samuel Fuller (1966) ©AFP - Archives du 7ème Art
The Naked Kiss de Samuel Fuller (1966) ©AFP - Archives du 7ème Art
Publicité
Résumé

Plan Large sur le légendaire cinéaste Samuel Fuller, cinéaste, reporter, journaliste, inventeur de formes avec la réalisatrice Samantha Fuller, l'historien Jean Narboni et le journaliste Fernando Ganzo.

avec :

Jean Narboni (Historien, théoricien et critique de cinéma), Samantha Fuller (Réalisatrice, fille du cinéaste Samuel Fuller), Fernando Ganzo (Rédacteur en chef du magazine "So Film").

En savoir plus

Je suis un conteur. Mes récits étaient généralement tirés de mes  expériences personnelles. D’autres histoires étaient des adaptations d’articles qui avaient fait les gros titres. J’ai concocté de nombreuses histoires à partir de situations imaginaires dont je rêvais sur le clavier grincheux d’une vieille machine à écrire, en fumant un bon cigare. Même mes personnages inventés étaient sincères. Que mon histoire mette en scène une pute, un général, un indicateur ou un flic, j’essayais de les rendre vrais. Pas héroïques, pas patriotes, pas aimables, mais vrais, c’est-à-dire fidèles à leurs origines et à leurs désirs.
Samuel Fuller, in Un troisième visage (éditions Allia)

Tel qu'il l'écrivait dans les premières lignes de ses mémoires,au style sec, nerveux et direct, Samuel Fuller était fidèle à ses origines, cinéaste indomptable et inassignable. Chaînon manquant, avec Robert Aldrich et  Nicholas Ray, entre le classicisme des grands studios de l’âge d’or et le Nouvel Hollywood, objet de culte chez les cinéphiles et de malentendus chez ses détracteurs comme chez ses thuriféraires, Samuel Fuller est plus que jamais d’actualité en cette rentrée 2018, 20 ans après sa mort. De J'ai vécu l'enfer de Corée (1951) à Violence à Park Row (1952) en passant par Le Port de la drogue (1953), Shock Corridor (1963) ou encore The Naked Kiss en 1964, Samuel Fuller est à l'honneur au travers deux rétrospectives, à la Cinémathèque française, et celle de Toulouse. Un documentaire, A Fuller Life (Carlotta Films) retrace sa vie à partir de ses mémoires et de ses images, produit et réalisé par sa fille, Samantha Fuller, dans Plan Large aujourd’hui. A ses côtés, l'écrivain et historien de cinéma, Jean Narboni, qui signe Samuel Fuller, un homme à fables (éditions Capricci), un ouvrage à l'écriture poétique et percutante, retournant tous les clichés associés au légendaire cinéaste ainsi que Fernando Ganzo, rédacteur en chef de So Film

Publicité

Samuel Fuller avait le génie du scénario, une force qui lui vient de réussir à dramatiser toute situation, avec une pensée du cinéma extrêmement précise. Il avait un talent électrique.    
Jean Narboni 

En dernière partie d’émission, la chronique de Fernando Ganzo sur l'histoire du comédien et performeur américain Andy Kaufman, figure de la contre-culture, mort en 1984, interprété notamment par Jim Carrey (peut-être le rôle de sa vie) dans Man on the moon de Milos Forman (2000) et au cœur de l'incroyable documentaire Jim and Andy : The Great Beyond de Chris Smith (2017, Netflix).

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Actualités et bibliographie autour de Samuel Fuller :

  • Rétrospective à la Cinémathèque française du 3 janvier au 15 février
  • Rétrospective à la Cinémathèque de Toulouse du 5 janvier au 8 février
  • Le documentaire A Fuller Life de Samantha Fuller, édité en DVD chez Carlotta
  • Reprise en version numérique restaurée du film Les Bas-fonds new-yorkais de Samuel Fuller à la Filmothèque du Quartier Latin à Paris le 10 janvier
  • Samuel Fuller, un homme à fables, de Jean Narboni aux éditions Capricci
  • _Samuel Fuller : Le choc et la caresse, collectif, s_ous la direction de Jacques Déniel et Jean-François Rauger (Yellow Now)
  • Samuel Fuller, jusqu’à l’épuisement, de Frank Lafond (éditions Rouge Profond)
  • Samuel Fuller, Un troisième visage (Editions Allia, 2011)
  • Samuel Fuller dans Plan Large avec le metteur en scène Mathieu Bauer, pour son adaptation théâtrale du film Shock Corridor et la chronique de Charlotte Garson sur Le Port de la Drogue de Samuel Fuller (1953)

Liste des extraits de films :

  • Pierrot le fou, de Jean-Luc Godard (1965)
  • Violence à Park Row, de Samuel Fuller (1952)
  • Extraits de Dog Face (1959) et Au-delà de la gloire (1980), de Samuel Fuller 
  • La Maison de bambou, de Samuel Fuller (1955)
  • Le Port de la drogue, de Samuel Fuller (1953)
  • Quarante tueurs, de Samuel Fuller (1957)
  • J'ai vécu l'enfer de Corée, de Samuel Fuller (1951)
  • Trois extraits de Man on the moon, de Milos Forman (1999)
Références

L'équipe

Antoine Lachand
Antoine Lachand
Antoine Guillot
Production
Pascaline Bonnet
Collaboration
Somany Na
Réalisation