"Écrire depuis toujours, pour quelqu’un, pour personne, écrire pour les pierres...", extrait du poème Fragmes, de Jacques Dupin
"Écrire depuis toujours, pour quelqu’un, pour personne, écrire pour les pierres...", extrait du poème Fragmes, de Jacques Dupin
"Écrire depuis toujours, pour quelqu’un, pour personne, écrire pour les pierres...", extrait du poème Fragmes, de Jacques Dupin ©Getty - Bogdan Vija / EyeEm
"Écrire depuis toujours, pour quelqu’un, pour personne, écrire pour les pierres...", extrait du poème Fragmes, de Jacques Dupin ©Getty - Bogdan Vija / EyeEm
"Écrire depuis toujours, pour quelqu’un, pour personne, écrire pour les pierres...", extrait du poème Fragmes, de Jacques Dupin ©Getty - Bogdan Vija / EyeEm
Publicité
Résumé

La poésie de Jacques Dupin (1927-2012) est sans compromis ni nostalgie, une profération sans prophétie ni message, un surgissement d’autant plus brutal qu’il ne se soucie pas de ses ravages. Pour preuve ces "Fragmes" tirés du recueil "Échancré" en 1991.

avec :

Eric Génovèse (Comédien sociétaire de la Comédie Française, metteur en scène), Julie Sicard (Actrice, sociétaire de la Comédie-Française).

En savoir plus

Poème : "Ecrire en se gardant du spéculaire…", extrait du poème Fragmes de Jacques Dupin, dans le recueil Échancré (1991, P.O.L.).

Lectures : Julie Sicard et Eric Génovèse de la Comédie-Française. 

Publicité

Extrait 

"Ecrire en se gardant du spéculaire, du simulacre. de la déflagration. du glissement... autour des yeux, au fond de l’œil, hors de portée du regard... écrire étant la traversée du souffle, l'impossible traversée... étant l'impossible..."

Jacques Dupin (1927-2012) est un poète français. Marqué par sa rencontre avec René Char, en 1947, il est l’un des fondateurs de la revue L’Éphémère , en 1966, aux côtés d’André du Bouchet, Yves Bonnefoy, Gaëtan Picon, Louis-René des Forêts, Michel Leiris et Paul Celan. Liés aux plus grands artistes de son temps, Jacques Dupin devient, en 1956, directeur de la galerie Maeght continuée par la galerie Lelong en 1981. Critique d’art, il a consacré de nombreux essais aux peintres contemporains. Sa poésie, sans compromis ni nostalgie, est une profération sans prophétie ni message, un surgissement d’autant plus brutal qu’il ne se soucie pas de ses ravages. Pour preuve ces "Fragmes" tirés d’Échancré, 1991. Ou encore Contumace (1986), Les mères (1986), Le grésil (1996), Coudrier (2006)…

1 min
Références

L'équipe

Laure Egoroff
Réalisation
Laurence Courtois
Conseiller(e) littéraire
Sophie Nauleau
Conseiller(e) littéraire