Ignacio Zuloaga (1870-1945), Portrait de la comtesse Mathieu de Noailles, Anna Elisabeth de Brancovan (1913)
Ignacio Zuloaga (1870-1945), Portrait de la comtesse Mathieu de Noailles, Anna Elisabeth de Brancovan (1913)
Ignacio Zuloaga (1870-1945), Portrait de la comtesse Mathieu de Noailles, Anna Elisabeth de Brancovan (1913) - Musée Guggenheim Bilbao / via Wikimedia Commons
Ignacio Zuloaga (1870-1945), Portrait de la comtesse Mathieu de Noailles, Anna Elisabeth de Brancovan (1913) - Musée Guggenheim Bilbao / via Wikimedia Commons
Ignacio Zuloaga (1870-1945), Portrait de la comtesse Mathieu de Noailles, Anna Elisabeth de Brancovan (1913) - Musée Guggenheim Bilbao / via Wikimedia Commons
Publicité
Résumé

Selon Jean Rostand, elle avait "la sagacité psychologique d'un Marcel Proust, l'âpreté d'un Mirbeau, la cruelle netteté d'un Jules Renard". La romancière et poétesse Anna de Noailles a été une pionnière et une muse, célébrée par la critique, autrice d'une œuvre qui exalte la nature, et l'amour.

avec :

Véronique Vella (Actrice, sociétaire de la Comédie-Française), Julie-Marie Parmentier.

En savoir plus

Poèmes : "La Nuit" et "La vie profonde", d'Anna de Noailles, extraits du recueil Le Cœur innombrable (1901).

Lectures : Julie-Marie Parmentier et Véronique Vella de la Comédie-Française.

Publicité

La vie profonde, un poème d'Anne de Noailles

Être dans la nature ainsi qu'un arbre humain,
Étendre ses désirs comme un profond feuillage, 
Et sentir, par la nuit paisible et par l'orage, 
La sève universelle affluer dans ses mains !

Vivre, avoir les rayons du soleil sur la face,
Boire le sel ardent des embruns et des pleurs, 
Et goûter chaudement la joie et la douleur
Qui font une buée humaine dans l'espace !

Sentir, dans son cœur vif, l'air, le feu et le sang
Tourbillonner ainsi que le vent sur la terre.
- S'élever au réel et pencher au mystère,
Être le jour qui monte et l'ombre qui descend.

Comme du pourpre soir aux couleurs de cerise,
Laisser du cœur vermeil couler la femme et l'eau,
Et comme l'aube claire appuyée au coteau
Avoir l'âme qui rêve, au bord du monde assise...

Poétesse française née en 1876 à Paris, Anna de Noailles était d’origine grecque et roumaine. Largement influencée par les Parnassiens, Jean-Jacques Rousseau, et plus que tout par Victor Hugo, son œuvre est marquée par un ardent panthéisme.

59 min

Rediffusion de la semaine du 8 novembre 2010

Références

L'équipe

Delphine Lemer
Réalisation
Laurence Courtois
Collaboration