Image extraite du biopic sur Emily Dickinson, intitulé "A Quiet Passion", de Terence Davies (2016)
Image extraite du biopic sur Emily Dickinson, intitulé "A Quiet Passion", de Terence Davies (2016)
Image extraite du biopic sur Emily Dickinson, intitulé "A Quiet Passion", de Terence Davies (2016) - Paname Distribution
Image extraite du biopic sur Emily Dickinson, intitulé "A Quiet Passion", de Terence Davies (2016) - Paname Distribution
Image extraite du biopic sur Emily Dickinson, intitulé "A Quiet Passion", de Terence Davies (2016) - Paname Distribution
Publicité
Résumé

Rieuse, moqueuse, mais aussi grave et silencieuse, Emily Dickinson a construit une oeuvre poétique unique entre distance et ironie, pleine d'intensité, recluse dans la propriété familiale, dans une Nouvelle-Angleterre on ne peut plus puritaine.

avec :

Elsa Lepoivre (Comédienne, sociétaire de la Comédie française), Danièle Lebrun (Comédienne).

En savoir plus

Poèmes : "Partie tôt – Pris mon Chien  –" suivi de "La Solitude qu’on n’ose sonder  –", d'Emily Dickinson, issus de Le Paradis est au choix, traduit de l'anglais par Patrick Reumaux. 

Lectures : Elsa Lepoivre et Danièle Lebrun de la Comédie-Française

Publicité

Partie tôt - Pris mon chien -
Et rendu visite à la Mer -
Les Sirènes logées en Bas 
Sont sorties pour me regarder -

Et les Gallions - au Premier Étage
M'ont tendu des Mains de Chanvre -
Me prenant pour une Souris - 
Échouée - sur les Sables -

Dérangée par Personne - avant que le Flot
N'ait trempé ma simple Chaussure -
Et puis mon Tablier - et puis ma Ceinture
Et puis mon Corsage - aussi - 

Américaine, Emily Dickinson a vécu toute sa vie à l’exception de quelques rares et courts voyages (souvent pour des raisons médicales) dans la maison familiale où elle est née en 1830, jusqu’à sa mort en 1886. Dans une Nouvelle-Angleterre on ne peut plus puritaine, elle a choisi ce retrait du monde, cet espace réduit qui lui a laissé toute latitude pour développer un paysage intérieur magistral tant il est profond. Et si la distance et l’ironie caractérisent son œuvre, elle ne manque pas d’intensité et d’empathie pour autant. Rieuse, moqueuse, en même temps que grave et silencieuse, elle aura traversé sa vie comme une sorte de petit animal magique entre lecture et écriture.

À réécouter : Poésie et incandescence

Références

L'équipe

Emmanuelle Chevrière
Conseiller(e) littéraire
Juliette Heymann
Réalisation
Laurence Courtois
Collaboration