Enjoyment of summer scenery, Yosa Buson, 1771
Enjoyment of summer scenery, Yosa Buson, 1771 - WikiArt
Enjoyment of summer scenery, Yosa Buson, 1771 - WikiArt
Enjoyment of summer scenery, Yosa Buson, 1771 - WikiArt
Publicité

Comment expliquer la fascination que continue d'exercer le haiku au fil des siècles ? Ne serait-ce pas en raison de ce mélange d'émerveillement et de mystère qu'il arrive à produire en un temps guère plus long qu'une respiration ?

Avec

Le haiku ne s'enferme pas dans une formule poétique et ne se résume pas aux contraintes qu'il impose à son auteur -  trois vers, ou plutôt en trois brèves séquences, la première de cinq syllabes, la deuxième de sept, la troisième de cinq : dix-sept syllabes en tout. Né il y a près de quatre siècles au Japon, il se définit d'abord comme une pratique poétique, un art de l'éveil, une manière de poser son regard sur le monde et de se laisser gagner par une évidence poétique, un "soudain ravissement dans l'imprévisible". Il ouvre un un vers le détachement ou, plus précisément, vers un accompagnement au cours des choses. Les plus grands poètes du zen - Basho, Buson, Issa, Ryôkan, etc. - lui ont donné ses lettres de noblesse mais, sans renoncer à sa savante simplicité, les poètes d'aujourd'hui ont su le confronter à la complexité kaléidoscopique du monde contemporain.

Avec Corinne Atlan, pour  Haikus (Folio / Gallimard), anthologie de plus de trois cents poèmes - de Bashô jusqu'aux poètes contemporains en passant par Buson, Issa, Shiki - qu'elle a préfacée et rassemblée en compagnie de Zéno Bianu. Elle nous parlera aussi de sa passion pour la traduction du japonais - "frustration de ne pouvoir tout transmettre, joie de la création nichée dans la part du texte original qui irrémédiablement résiste, vertige addictif du décentrement, analogue à celui que procure le voyage..." - à l'occasion de la parution du Pont flottant des rêves (Editions de la Contre Allée, 2022).

Publicité
Haikus
Haikus
- Folio / Gallimard

Une émission en partenariat avec  La Croix L’Hebdo

Retrouvez la rubrique "un poème pour la route" de Stéphane Bataillon chaque vendredi dans La Croix L’Hebdo et sur  https://poesie.blogs.la-croix.com/

L'équipe