Benoît Hamon en 2020
Benoît Hamon en 2020 ©AFP - JOEL SAGET
Benoît Hamon en 2020 ©AFP - JOEL SAGET
Benoît Hamon en 2020 ©AFP - JOEL SAGET
Publicité

La crise sanitaire et ses répercussions sociales illustrent l'importance des mécanismes de solidarité. Depuis la campagne présidentielle de 2017 Benoît Hamon milite pour un revenu universel d'existence. Ce débat peut-il renouveler l'offre politique de la gauche ?

Avec

Tout  n'est donc pas à jeter dans l'État providence à la française. Si le  gouvernement a réussi à atténuer les effets de la crise sanitaire pour les populations les plus fragilisées par la suspension des activités, c'est bien grâce  aux amortisseurs sociaux. Les mesures de chômage partiel notamment ont  montré leur efficacité.

Néanmoins, l'impact social de la pandémie reste important. Les associations estiment à 1 million le nombre de nouveaux pauvres. Car si le modèle social permet de protéger le monde du travail, il peine à le faire pour ceux qui en sont exclus.

Publicité

D'où le retour de cette idée qui aura animé, du moins à  gauche, le débat présidentiel en 2017 : la création d'un revenu universel. Il semblerait qu'aujourd'hui d'autres formations y soient à leur tour sensibles. Mais le fait qu'une idée se propage ne signifie pas pour autant qu'elle est pertinente pour répondre aux enjeux de l'époque.
 

A lire :

Le revenu universel, panacée du monde d’après ?, article paru dans Libération

Le revenu universel, une idée controversée, article paru dans La Croix 

L'équipe

Hervé Gardette
Hervé Gardette
Hervé Gardette
Production
Antoine Dhulster
Collaboration
François Caunac
Réalisation