Frédérique Vidal ministre de l'enseignement supérieur, de la recherche et de l'innovation, en septembre 2019 à l'Elysée
Frédérique Vidal ministre de l'enseignement supérieur, de la recherche et de l'innovation, en septembre 2019 à l'Elysée ©AFP - LUDOVIC MARIN
Frédérique Vidal ministre de l'enseignement supérieur, de la recherche et de l'innovation, en septembre 2019 à l'Elysée ©AFP - LUDOVIC MARIN
Frédérique Vidal ministre de l'enseignement supérieur, de la recherche et de l'innovation, en septembre 2019 à l'Elysée ©AFP - LUDOVIC MARIN
Publicité

Nouvelle rentrée universitaire en période pandémique : tout est-il fait pour aider les étudiants, notamment les plus fragiles ? Les polémiques ayant accompagné le vote de la loi de programmation de la recherche sont-elles éteintes ? Revue de ces enjeux avec Frédérique Vidal

Avec

Les chiffres sont trompeurs. Passer de 2020 à 2021 ne change rien au fond : la crise sanitaire est toujours là. 

Une crise que subit de plein fouet le monde universitaire. Non pas parce qu'il est particulièrement exposé à la dangerosité du virus, mais parce que les conditions dans lesquelles se déroulent les études, à distance le plus souvent depuis le reconfinement, perturbe la scolarité et fragilise un grand nombre d'étudiants.

Publicité

Lesquels  vont encore devoir attendre pour retrouver les bancs de la fac. Combien  de temps ?

Et quel impact cette crise peut-elle avoir sur ce secteur et sur celui  des chercheurs, dont une partie de la communauté conteste la loi de programmation de la recherche qui vient tout juste d'être promulguée ?

A lire : 

Universités : « Le risque est réel d’un décrochage massif », tribune publiée dans Le Monde

«La déconsidération des universités par le milieu politique est structurelle», interview de Mathias Bernard parue dans Libération

« Le CNRS a enterré sa réputation d’ouverture », tribune de 200 universitaires publiée dans Le Monde