Monnaie internationale,  le dollar est un instrument majeur de la diplomatie des Etats-Unis.
Monnaie internationale,  le dollar est un instrument majeur de la diplomatie des Etats-Unis. ©AFP - OZAN KOSE
Monnaie internationale, le dollar est un instrument majeur de la diplomatie des Etats-Unis. ©AFP - OZAN KOSE
Monnaie internationale, le dollar est un instrument majeur de la diplomatie des Etats-Unis. ©AFP - OZAN KOSE
Publicité

C’est en raison de l’utilisation du dollar que les Etats-Unis s’apprêtent à sanctionner les entreprises internationales souhaitant commercer avec l’Iran. Comment le « billet vert » est-il devenu, depuis la fin de la Seconde guerre mondiale, un instrument majeur de la diplomatie américaine ?

Avec

C’est un privilège qui n’est accordé qu’aux grandes monnaies : celui d’avoir une touche dédiée sur les claviers d’ordinateur ou de smartphone.

L’Euro, le Yuan, la Livre sterling…et bien sûr le dollar et son fameux S majuscule barré d’une transversale : un symbole graphique qui pourrait s’intégrer à n’importe quel alphabet tant il est devenu universel.

Publicité

Car depuis l’après-guerre, c'est LA monnaie des échanges internationaux.
Mais là où le privilège devient exorbitant, c'est que le billet vert est tout sauf neutre : il est le principal instrument d'influence de la première puissance mondiale, les Etats-Unis, qui ne pèseraient pas ce qu'ils pèsent sans leur monnaie.
Les menaces de sanctions contre les sociétés qui continueraient de commercer avec l'Iran sont là pour le rappeler.
Le dollar est un monarque absolu. Mais comme tous les monarques, il a ses faiblesses. 

Pourra-t-il encore longtemps exercer son pouvoir sans partage ? Ses rivaux sont-ils en mesure de lui en contester une partie ? 

A lire et à écouter sur le site de France Culture

Guerre économique : comment les Etats-Unis font la loi, éclairage de Benoît Collombat 

Les entreprises françaises et européennes menacées de sanctions américaines après la sortie des Etats-Unis de l'accord sur le nucléaire iranien. Eclairage de Grégory Philipps, correspondant de Radio France à Washington, dans le journal de la rédaction