Le premier ministre libanais Saad Hariri prend un selfie avec le président français Emmanuel Macron et le Prince saoudien Mohammed bin Salman lors d’un dîner officiel à l’Elysée le 10 avril 2018.
Le premier ministre libanais Saad Hariri prend un selfie avec le président français Emmanuel Macron et le Prince saoudien Mohammed bin Salman lors d’un dîner officiel à l’Elysée le 10 avril 2018. ©AFP - BANDAR AL-JALOUD
Le premier ministre libanais Saad Hariri prend un selfie avec le président français Emmanuel Macron et le Prince saoudien Mohammed bin Salman lors d’un dîner officiel à l’Elysée le 10 avril 2018. ©AFP - BANDAR AL-JALOUD
Le premier ministre libanais Saad Hariri prend un selfie avec le président français Emmanuel Macron et le Prince saoudien Mohammed bin Salman lors d’un dîner officiel à l’Elysée le 10 avril 2018. ©AFP - BANDAR AL-JALOUD
Publicité

Au-delà de quelques « coups » diplomatiques – dernièrement la médiation spectaculaire opérée entre le Liban et l’Arabie Saoudite – la diplomatie française a perdu son lustre d’antan dans le monde arabe. Comment l’expliquer ? Comment se déterminent les politiques arabes de la France ?

Avec
  • Dorothée Schmid Chercheuse, responsable du programme Turquie contemporaine et Moyen-Orient de l'IFRI

C’est un des héritages du gaullisme, mais un héritage aujourd’hui en partie dilapidé : la politique arabe de la France. Initiée par le général en 1962, à la fin de la guerre d’Algérie, elle aura structuré la diplomatie française, jusqu’au milieu des années 2000, avant de devenir plus hésitante. 

La France est passée à côté des Révolutions arabes. Elle a tenté, sans succès, de peser dans la résolution du conflit syrien. Elle est absente du dossier israélo-palestinien. Sa présence diplomatique au Maghreb et au Moyen-Orient est trompeuse : elle n’a plus la même influence.

Publicité

Mais elle n’est pas pour autant absente. Les relations économiques avec cette vaste région représentent près de 20 % de notre commerce extérieur. Les ventes d’armes à l’Egypte et aux monarchies du Golfe donnent à ces relations une dimension stratégique, sur fond de préoccupation sécuritaire, face à la menace terroriste. Une menace qui complique encore un peu plus les relations qu’elle entretient avec ses anciennes colonies d’Afrique du nord.

Liens :

Sur le même thème : 

L'équipe

Hervé Gardette
Hervé Gardette
Hervé Gardette
Production
Antoine Dhulster
Collaboration
Véronique Vila
Réalisation