"Jouissons sans entraves" fut l'un des slogans emblématiques du mouvement de contestation en Mai 68
"Jouissons sans entraves" fut l'un des slogans emblématiques du mouvement de contestation en Mai 68
"Jouissons sans entraves" fut l'un des slogans emblématiques du mouvement de contestation en Mai 68 ©Getty - GERARD-AIME
"Jouissons sans entraves" fut l'un des slogans emblématiques du mouvement de contestation en Mai 68 ©Getty - GERARD-AIME
"Jouissons sans entraves" fut l'un des slogans emblématiques du mouvement de contestation en Mai 68 ©Getty - GERARD-AIME
Publicité
Résumé

L'affaire Matzneff a jeté une lumière crue sur les dérives des tenants de la révolution sexuelle dans la suite de Mai 68. Le rejet des "valeurs bourgeoises" suffit-il pour expliquer un certain aveuglement de la société à cette époque ?

avec :

Malka Marcovich (Historienne, consultante internationale en droits humains et droits de la femme).

En savoir plus

S’agit-il d’un vrai moment de bascule ? 

Il faudra attendre pour en juger. Mais quelque chose se passe en France depuis quelques mois, sur les traces du mouvement MeToo : une libération de la parole d’autant plus spectaculaire que cette parole fut longtemps interdite.

Publicité

Après l’actrice Adèle Haenel, c’est l’éditrice Vanessa Springora qui rompt ce silence pour raconter les agressions sexuelles dont elle fut victime lorsqu’elle était une jeune adolescente.

Leurs témoignages, en particulier autour de l’affaire Matzneff, font l’effet d’un retour à la lucidité après une longue gueule de bois : comment la société a-t-elle pu accepter que se commettent de tels actes, sans qu’ils soient réprimés ?

Pire : avec l’aval d’une partie du monde intellectuel et culturel.

Pour comprendre ce qui a autorisé de tels excès, il faut forcément revenir en arrière, à la fois au contexte de l’époque et à ce qui avait contribué à la façonner.

Les années 70 sont celles de la révolution sexuelle, dans la continuité directe de Mai 68.

Formidable moment de libération et d’émancipation, elles ont aussi fait naitre quelques monstres, alors que le monde politique parvenait plus ou moins bien à accompagner le mouvement.

A lire : 

"Libé" en écho d'un vertige commun : l'article de Sorj Chalandon sur les dérives des intellectuels et des journalistes de Libération dans les années 70.

Références

L'équipe

Hervé Gardette
Hervé Gardette
Hervé Gardette
Production
Antoine Dhulster
Collaboration
Séverine Cassar
Réalisation