Mahomet et Abou Bakr As-Siddiq* dans la grotte. Miniature turque datant du 17e siècle. Dresde, Bibliothèque nationale de Saxe
Mahomet et Abou Bakr As-Siddiq* dans la grotte. Miniature turque datant du 17e siècle. Dresde, Bibliothèque nationale de Saxe
Mahomet et Abou Bakr As-Siddiq* dans la grotte. Miniature turque datant du 17e siècle. Dresde, Bibliothèque nationale de Saxe
Mahomet et Abou Bakr As-Siddiq* dans la grotte. Miniature turque datant du 17e siècle. Dresde, Bibliothèque nationale de Saxe
Mahomet et Abou Bakr As-Siddiq* dans la grotte. Miniature turque datant du 17e siècle. Dresde, Bibliothèque nationale de Saxe
Publicité
Résumé

On entend souvent, au gré des différents épisodes où l’élément islamique est impliqué, qu’il n’est pas possible de critiquer l’islam. Et pourtant...

avec :

Houari Touati (Directeur d'études à l'EHESS (Paris) et directeur de Studia Islamica).

En savoir plus

Et cette idée a tendance à être corroborée par le comportement ignominieux des fanatiques qui, sous prétexte de défendre leur religion, agissent d’une manière qui la dessert assurément. Et pourtant, non seulement on peut critiquer l’islam, mais sa théologie le recommande et c’est ce qui s’est passé à l’ère classique. En effet du milieu du IXe siècle jusqu’à la fin du XIIIe siècle une tradition de critique rationaliste a prévalu dans les contextes islamiques et notamment sous la dynastie abbasside.

Faïence abbaside, Irak, (IXème siècle)
Faïence abbaside, Irak, (IXème siècle)
- CC BY-SA 3.0 - Wikipédia

C’est ce que Houari Touati, directeur d’études à l’école des hautes études en sciences sociales, viendra développer à force d’arguments puisés dans l’histoire. Il expliquera aussi les raisons de la régression tragique quant à la frilosité devant la critique académique et les moyens de recouvrer la hardiesse intellectuelle pour sortir de la crise que connait la pensée théologique islamique.

Publicité

Musique

Ganim's Asia Minors pour Daddy Lolo - Malika pour Ya ya twist - Jalil Bennis et Les Golden Hands pour Mirza (reprise de la chanson de Nino Ferrer).

Prise de son Cédric Chatelus

* Abou Bakr As-Siddiq (ou Abubecer) était un compagnon de Mahomet. Il est élu calife (8 juin 632 – 23 août 634)  à la mort de ce dernier.