Fondamentalistes hindous détruisant la mosquée de Babri ou mosquée de Babur, à Ayodhya, le 6 décembre 1992 (Inde)
Fondamentalistes hindous détruisant la mosquée de Babri ou mosquée de Babur, à Ayodhya, le 6 décembre 1992 (Inde)
Fondamentalistes hindous détruisant la mosquée de Babri ou mosquée de Babur, à Ayodhya, le 6 décembre 1992 (Inde) ©AFP - DOUGLAS E. CURRAN
Fondamentalistes hindous détruisant la mosquée de Babri ou mosquée de Babur, à Ayodhya, le 6 décembre 1992 (Inde) ©AFP - DOUGLAS E. CURRAN
Fondamentalistes hindous détruisant la mosquée de Babri ou mosquée de Babur, à Ayodhya, le 6 décembre 1992 (Inde) ©AFP - DOUGLAS E. CURRAN
Publicité
Résumé

Bien que l'islamisme radical et le djihadisme qui en découle commettent des attentats sanglants, le fondamentalisme islamiste n'est pas la seule forme de radicalisme politique, on observe l'essor des radicalismes religieux violents aussi chez les bouddhistes, hindouistes, évangéliques américains..

avec :

Pierre Conesa (ancien haut fonctionnaire au ministère de la Défense.).

En savoir plus

Le débat sur la radicalisation religieuse est saturé par la question du salafisme djihadiste. Non sans raison, cette idéologie mortifère, comptable de très nombreux attentats abjects, concentre l’attention des analystes et polarise tout leur intérêt. Cependant, Pierre Conesa préconise une approche comparatiste avec toutes les homologies relevées dans d’autres radicalismes religieux. 

Vous avez à la fois des radicalismes qui sont en position de pouvoir et de violence, et puis d'autres qui sont en position de victime.  

Publicité

Pour lui, il faut désislamiser le débat et élargir le spectre d’études à tous les extrémismes qui menacent la stabilité de notre monde globalisé. Aussi la géopolitique sera-t-elle redessinée dans une vision panoptique des intolérances religieuses ; les unes alimentant les autres. Le nouvel ordre international devra tenir compte de la diplomatie religieuse pour en finir avec l’ensauvagement du monde par les religions.

Ce n'est plus une simple question de monothéisme. (...) L'histoire nous apprend que c'est une pratique qu'il faut prendre sous l'angle politique pas sous l'angle théologique. C'est la raison pour laquelle j'ai rapproché les trois grandes religions monothéistes, mais aussi l'hindouisme et le bouddhisme.

Agrégé d’histoire et ancien élève de l’ENA, Pierre Conesa a une grande expérience de l’Etat. Il est écrivain, essayiste et chroniqueur régulier au Monde diplomatique et diverses revues de relations internationales. Il est l'auteur de Avec Dieu on ne discute pas ! Les radicalismes religieux : désislamiser le débat, publié aux éditions Robert Laffont.

La pause musicale

  • "Journey To The Centre Of An Egg", Rabih Abou-Khalil / Joachim Kühn / Jarrod Cagwin, label Enja Records.
  • "Nafas", Rabih Abou-Khalil/Selim Kusur/Glen Velez/Setrak Sarkissian, label ECM.
  • "Zalâl", Cemîl Qoçgirî, label Ahenk MÜZİK Yapim.
Références

L'équipe

Ghaleb Bencheikh
Production
Daphné Abgrall
Collaboration
Franck Lilin
Réalisation