Faut-il tout désinfecter ?
Faut-il tout désinfecter ?  ©Getty - EThamPhoto
Faut-il tout désinfecter ? ©Getty - EThamPhoto
Faut-il tout désinfecter ? ©Getty - EThamPhoto
Publicité

Chaque jour, Nicolas Martin, producteur de la Méthode Scientifique, fait un point sur l'avancée de la recherche sur le coronavirus. Il revient aujourd'hui sur la contagiosité et la persistance du coronavirus sur les surfaces et dans l'air.

Vous avez certainement vu passer ces derniers jours un petit graphique, un schéma représentant une cuisine de maison, avec mention de la durée de survie du Coronavirus sur différentes surfaces. Ainsi, la persistance du virus sur le carton serait de 24 heures, sur le plastique de 3 jours, sur le bois et l'acier de 4 jours, sur le verre de 5 jours et, mention supplémentaire : dans l'air, le virus résisterait 3 heures.

Suite à la diffusion de ce schéma et de ces résultats, se sont posées tout un tas de nouvelles questions, à savoir : faut-il désinfecter nos domiciles ? Les lieux publics ? Les magasins ? Les abribus ? Et surtout, quant à la transmission par aérosols, le virus serait-il aéroporté ? A savoir contagieux non pas seulement par les gouttelettes dont les pouvoirs publics nous parlent depuis le début mais dans l'air, simplement en respirant des aérosols disséminés par les personnes malades et à bien plus du fameux mètre de distance de sécurité.

Publicité

Pour bien interpréter la portée de ces résultats, il faut comprendre par qui et pour quoi ils ont été produits. En l'occurrence, ce dessin a été réalisé sur la base de deux études, la première, une méta-analyse publiée en février dans la revue britannique The Journal of Hospital Infection, la deuxième, étant une prépublication sur le site Medrxiv d'une équipe américaine du National Institute of Allergy and Infectious diseases. Il faut d'emblée préciser que la vocation de ces deux études, c'est avant tout de prévenir le milieu hospitalier et les chercheurs qui manipulent le virus en laboratoire - qui sont en contact étroit avec les agents infectieux - sur différentes surfaces, pour minimiser les risques de contamination et d'infections nosocomiales.

Une nouvelle étude, publiée mardi dans The New England Journal of Medecine, a de son côté comparé la permanence du SARS-CoV2, le virus à la base de l'épidémie de COVID-19, avec celle du SARS-CoV1, à l'origine de l'épidémie de SRAS en 2003. Si on réunit les résultats de ces trois études, on arrive à des ordres de grandeur similaires à ceux annoncés sur le fameux schéma, à savoir une persistance du virus dans les aérosols jusqu'à 3 heures, sur une surface en cuivre jusqu'à 4 heures, sur du carton jusqu'à 24 heures et sur du plastique et de l'acier jusqu'à 2 ou 3 jours.

Pour obtenir ces résultats, les chercheurs ont projeté des gouttelettes d'eau chargées de virus avec des petites bombes aérosols sur les différentes surfaces. Il faut préciser que dans ces conditions expérimentales, la charge virale projetée est très élevée. Dans l'étude décrite dans Journal of Hospital Infection, jusqu'à un demi-millilitre de particules virales pures à 100 millions de copies ont été utilisées pour étudier la stabilité du virus, ce qui selon Samira Fafi-Kremer, responsable du laboratoire de virologie du CHU de Strasbourg que nous avons interrogée, ne reflète pas du tout la réalité. Dans le même article, si l'on observe le tableau, on voit qu'en dessous de 10 000 particules, le virus résiste moins de 5 minutes, quelle que soit la surface.

De quoi parle-t-on exactement lorsqu'on parle de « persistance » du virus ?

Un virus à l'air libre ne se comporte évidemment pas comme un virus à l'intérieur d'un organisme, et son potentiel infectieux n'est pas du tout le même. Persistance ne veut pas dire contamination. Pour Anne Goffard, médecin virologue au CHU de Lille et enseignante à la faculté de pharmacie de Lille, trouver des traces d'ARN viral sur une surface ne revient pas au même que trouver des virus actifs. Elle utilise la métaphore suivante : lorsqu'on enlève une baguette de pain d'une table, s'il reste de la farine, ça ne veut pas dire qu'il y a encore une baguette !

Reste la question : faut-il tout désinfecter ? 

Le carton du livreur de pizza, le sac de courses du supermarché ? Est-il possible de contracter le Covid19 au seul contact de surfaces contaminées. Comme toujours en sciences, il est impossible d'apporter une réponse catégorique. Néanmoins, dans l'état actuel de nos connaissances, cela paraît très improbable. Tout d'abord parce que la charge virale dispersée au contact, dans des conditions réelles, serait infiniment plus faible que celle produite en laboratoire. Anne Goffard parle d'un risque « absolument minime ». Ensuite parce que, rappelons-le, le virus doit pénétrer dans l'organisme par une porte, comme les muqueuses respiratoires, et il ne rentre pas directement au contact de la peau.

Reste la question majeure des aérosols. Le SARS-CoV2 est-il « aéroporté » ? Précisons d'abord que ce qu'on appelle « aérosol », ce sont des particules ultra fines, inférieures à 5 microns, tandis que les gouttelettes – reconnues comme la voie majeure de transmission, sont des particules plus grosses, supérieures à 5 microns, donc plus lourdes, qui restent moins longtemps en suspension.

Lorsque l'on parle d'une persistance du virus dans l'air de 3 heures, il est donc bien question d'une persistance en aérosols. A cette question, les réponses sont contrastées. Il faut préciser, dans un premier temps, qu'à peu près toutes les maladies respiratoires, comme la grippe ou la tuberculose, sont des maladies « aéroportées », et que les résultats publiés sont, une fois de plus, le fruit d'expériences en laboratoire donc assez éloignées des conditions réelles de l'environnement immédiat d'une personne infectée.

Ceci étant dit, il faut tordre le cou au fantasme selon lequel il serait possible d'attraper le Covid-19 simplement en se promenant à l'extérieur, pour une question de simple bon sens : quand bien même le SARS-CoV2 serait aéroporté, la charge virale disséminée dans l'air ambiant serait tellement infinitésimale qu'elle ne pourrait être, en aucun cas, contaminante. La question de la transmission par aérosols se pose, une fois de plus et avant tout, pour le personnel soignant, qui se trouve en contact proche et prolongé des malades, d'où la nécessité absolue de porter des masques respiratoires spéciaux, les masques FFP2, qui filtrent les plus petites particules de l'air ambiant.

Pour le reste, la majorité des chercheurs estime aujourd'hui que les voies de contamination principales restent les gouttelettes et les mains : on sait que le SARS-CoV2 est présent dans le tube digestif, d'où l'importance de bien se laver les mains en sortant des toilettes. Rappelons pour conclure que selon une étude de l'Université of New South Wales qui a examiné le comportement d'une classe d'étudiants en médecine, chaque individu a touché son visage 23 fois par heure, et pour chaque contact, 44% impliquait une membrane muqueuse – le nez ou les yeux. Gestes barrières, distance de sécurité et lavage de mains réguliers restent donc, aujourd'hui, votre principal remède pour endiguer la progression de l'épidémie.

Nicolas Martin et l'équipe de la Méthode Scientifique