L'humanité d'Isaac Bashevis Singer (1902-1991)

L'écrivain, journaliste, Isaac Bashevis Singer (1902-1991), à New-York, en 1968
L'écrivain, journaliste, Isaac Bashevis Singer (1902-1991), à New-York, en 1968 ©Getty - David Attie
L'écrivain, journaliste, Isaac Bashevis Singer (1902-1991), à New-York, en 1968 ©Getty - David Attie
L'écrivain, journaliste, Isaac Bashevis Singer (1902-1991), à New-York, en 1968 ©Getty - David Attie
Publicité

Conversation autour de la vie et de l’œuvre de l'écrivain, Isaac Bashevis Singer, avec Florence Noiville et Marc Crépon.

Avec
  • Florence Noiville journaliste, critique littéraire, écrivain
  • Marc Crépon directeur de recherche à l'Université Paris Sorbonne et directeur du département de philosophie à l'École normale supérieure

  A l'occasion de la parution d'un Cahier de l'Herne qui lui fut consacré, publié en 2012,  évocation d' Isaac Bashevis Singer (1902-1991), écrivain polonais naturalisé américain, auteur de romans en yiddish et prix Nobel de littérature en 1978, " pour son art de conteur enthousiaste qui, prenant racine dans la culture et les traditions judéo-polonaises, ramène à la vie l'universalité de la condition humaine". Alain Finkielkraut, dans cette émission, s'entretient avec la journaliste, Florence Noiville, qui dirigea le Cahier de L’Herne et le philosophe, Marc Crépon.

"Quand je lis La famille Moskat (1950), Shosha (1978) ou Le certificat (1992 - publication posthume) d’ Isaac Bashevis Singer, je suis éperdu de reconnaissance. La Varsovie juive de l'entre-deux guerres où se déroulent ces romans est le monde d'où je viens ; Singer me dote ainsi, moi qui n'ai pas eu de grands-parents, d'une avant-mémoire. Il soustrait mon origine au néant de l'extermination et à celui de l'oubli. Mais il y a d'autres raisons que biographiques de s'intéresser à Singer : il n'est pas un écrivain communautaire, comme en témoigne le Cahier de l'Herne que Florence Noiville a dirigé, avec dans ce Cahier, l'article remarquable du philosophe, Marc Crépon. Qu'est-ce qui fait d'Isaac Bashevis Singer un auteur important et peut-être même, incontournable ? " Alain Finkielkraut.

Publicité

Florence Noiville

Pourquoi lire Isaac Bashevis Singer ? C'est la question qu'on me posait absolument tout le temps quand j'effectuais mon enquête notamment à New-York. On me disait : "Pourquoi Singer et pourquoi vous ? " - sous-entendu, pourquoi vous qui n'êtes pas juive ? Ca suscitait chez moi un certain agacement. Ce qui fait la singularité de Singer et qui fait que je l'aime, c'est que cet écrivain a beau être ancré on ne peut plus dans le monde juif, dans le yiddishland, il est absolument universel. Il avait d'ailleurs, une formule pour résumer cela, il disait : " La chose la plus bizarre est que plus un être est unique, plus il ressemble aux autres".

Marc Crépon

La première chose est que Singer est un merveilleux conteur, c'est-à-dire que les histoires de Singer sont celles par lesquelles on se laisse porter. Il a un talent que peu d'auteurs ont à ce point de faire surgir un monde au détour des pages, et pas seulement : il fait apparaître un monde disparu. Lorsqu'on se laisse porter par les histoires de Singer, on sait. Ses romans mettent en pratique, de façon assez unique, la responsabilité du devoir de mémoire. Il ne parle pas des victimes, des morts, Il fait revivre ce monde - comme s'il faisait un saut par-dessus la catastrophe, par-dessus la Shoah.

Cahier de L’Herne, Isaac Bashevis Singer

" Ce que propose de montrer ce Cahier de L’Herne, c’est une image d’Isaac Bashevis Singer et de son œuvre qui se situe très loin des stéréotypes habituels – l’aimable fabuliste de l’âme juive, le lutin talmudique échappé d’une toile de Chagall ou encore le conteur nostalgique ressuscitant inlassablement le folklore pittoresque d’un yiddishland enfoui. Singer, cet écrivain de l’entre deux ; entre deux langues, mais aussi entre deux continents (l’Europe et l’Amérique), entre deux mondes (le Monde d’hier, comme l’appelait Stefan Zweig et la modernité de l’après-guerre), entre deux registres (le réel et le surnaturel), entre deux femmes (toujours en train de voler de l’une à l’autre, ce qui fait d’ailleurs la matrice de ses récits). Singer et son rapport au judaïsme, sa façon d’être là aussi dedans et dehors. (Présentation, Cahier de L’Herne, Isaac Bashevis Singer). (...)

L'émission est écouter dans son intégralité en cliquant sur le haut de la page. 

Une rediffusion du 9/04/2011.

Un cycle de rediffusions "Répliques"

"Vous êtes nombreux à avoir noté le cycle de rediffusions de l’émission, Répliques, que nous vous proposons depuis plusieurs semaines. L’état de santé d’Alain Finkielkraut n’a pas pu lui permettre de venir à l’antenne et nous vous remercions de votre attention et de votre fidélité. Nous espérons tous qu’il sera le plus rapidement possible en situation de pouvoir retrouver ses auditeurs. Bien cordialement." Sandrine Treiner – directrice de France Culture.

L'équipe