Jean Daniel et la question française

Jean Daniel. Portrait pris par son épouse, Michèle Bancilhon
Jean Daniel. Portrait pris par son épouse, Michèle Bancilhon - Michèle Bancilhon, DR.
Jean Daniel. Portrait pris par son épouse, Michèle Bancilhon - Michèle Bancilhon, DR.
Jean Daniel. Portrait pris par son épouse, Michèle Bancilhon - Michèle Bancilhon, DR.
Publicité

Autour de l'essai posthume de l'écrivain, journaliste, fondateur et éditorialiste du Nouvel Observateur, Jean Daniel, "Réconcilier la France, Une histoire vécue de la nation", rencontre avec Sara Daniel et Pierre Nora

Avec
  • Pierre Nora Historien, éditeur, membre de l'Académie française
  • Sara Daniel Grand reporter, chef du service étranger à L'Obs

Autour de la question française et à propos de l'ouvrage posthume de Jean Daniel, Réconcilier la France, Une histoire vécue de la nation, avec la collaboration de Benoît Kanabus (éd. L'Observatoire), Alain Finkielkraut s'entretient avec la journaliste, grand reporter et fille de Jean Daniel, Sara Daniel, et l'historien, Pierre Nora.

"Je ne pardonnerai jamais à ma famille, la gauche, d’avoir abandonné la nation aux nationalistes, l’intégration aux xénophobes et la laïcité aux communautaristes." Jean Daniel

Publicité

"Miracle de l'édition : Mort il y a bientôt deux ans, presque centenaire, Jean Daniel (1920-2020) vient de faire sa réapparition dans le débat public avec un livre posthume d'une extraordinaire actualité, Réconcilier la France, Une histoire vécue de la nation. Nourri des réflexions de Renan, Michelet, Braudel, Tocqueville ou Lévi-Strauss, 'cette ample méditation historique vient à son heure', comme l'écrit Pierre Nora, dans Le Monde. L'actuelle campagne présidentielle en témoigne : nombre de nos concitoyens qui ont été longtemps français sans y penser, éprouvent aujourd'hui, avec une acuité douloureuse le souci de la nation, qui a hanté toute sa vie Jean Daniel." Alain Finkielkraut

Sara Daniel

À la fin de sa vie, mon père voulait faire un dernier ouvrage, et il voulait le consacrer à la nation - sujet qui l'a occupé toute sa vie. Il a rencontré le philosophe, Benoît Kanabus, que j'avais moi-même rencontré sur le front de Mossoul, avec qui j'avais moi-même travaillé. Il s'est passionné pour les livres de mon père, lui a soumis des idées, a fait une énorme travail de couture. Il n'y a rien d'inédit dans ce livre, sauf la forme, supervisée par mon père. Il s'est agi de prendre ou recoller les meilleurs passages pour une cohérence historique. 

Mon père a été obsédé par cette déliquescence programmée de la nation. C'était une manière de conjurer : sauver la nation, faire corps ensemble avec tous les apports, était le grand fil de sa vie, le sujet du XXIe siècle, pour lui. 

Pierre Nora

Il ne faut pas oublier que Jean Daniel avait écrit trois livres sur la nation avant celui-ci. Réconcilier la France est un continuum de ces trois livres dont se sert Benoît Kanabus pour construire le fil de cette réflexion. Il n'y a rien d'étonnant, d'autant plus qu'il avait vécu les problèmes nationaux en Juif d'Algérie né en 1920, et comme il le disait : " J'ai grandi bêtement français ". Il a vécu une transformation profonde de la France à travers la mondialisation, et c'est normal qu'en tant que directeur du Nouvel Observateur, il se soit intéressé à toutes ces questions. Jean Daniel a essayé de penser la nation sans le nationalisme. 

" Il voulait faire entendre sa voix à une Gauche qui était ailleurs." A. Finkielkraut

Sara Daniel

Il disait lui-même que ca ne lui paraissait pas absurde d'envisager ce qu'était le régime de Vichy. Il voulait écouter tout le monde, même s'il s'isolait. "Je ressentais tous les coups ", disait-il. Il a toujours eu une voix particulière même au sein de son camp.

Pierre Nora

Il ne faut pas oublier que Jean Daniel avait écrit trois livres sur la nation avant celui-ci. Réconcilier la France est un continuum de ces trois livres dont se sert Benoît Kanabus pour construire le fil de cette réflexion. Il n'y a rien d'étonnant, d'autant plus qu'il avait vécu les problèmes nationaux en Juif d'Algérie né en 1920, et comme il le disait : "J'ai grandi bêtement français". Il a vécu une transformation profonde de la France à travers la mondialisation, et c'est normal qu'en tant que directeur du Nouvel Observateur, il se soit intéressé à toutes ces questions. Jean Daniel a essayé de penser la nation sans le nationalisme. 

"Il voulait faire entendre sa voix à une Gauche qui était ailleurs." A. Finkielkraut

Sara Daniel

Il disait lui-même que ca ne lui paraissait pas absurde d'envisager ce qu'était le régime de Vichy. Il voulait écouter tout le monde, même s'il s'isolait. "Je ressentais tous les coups ", disait-il. Il a toujours eu une voix particulière même au sein de son camp.

Pierre Nora

La Gauche a vécu de ses critiques ; si Jean Daniel a été une grande conscience de la gauche, c'est parce qu'il avait une conscience critique. Les malheurs dont souffre la France sont des malheurs intrinsèques à la France, mais il ne faut pas impliquer à la France des maux qui sont mondiaux. Nous vivons une période de transition démocratique, et nous la vivons douloureusement. C'est l'Histoire. Jean Daniel était le dernier des journalistes inspirés. Il y aura peut-être des exceptions…

L'équipe