Ruines d'Alep
Ruines d'Alep
Ruines d'Alep ©AFP - George OURFALIAN
Ruines d'Alep ©AFP - George OURFALIAN
Ruines d'Alep ©AFP - George OURFALIAN
Publicité
Résumé

Les printemps arabes avaient fait naître l'espoir d'un moyen orient démocratique ne pouvant échapper à l'extension des bouleversements conduits par la chute du mur de Berlin. Las, nos espoirs ont été douchés. Comment l'expliquer ?

avec :

Gilles Kepel (Politologue. Titulaire de la chaire Moyen-Orient Méditerranée à l’ENS. Professeur à l’université Paris Sciences et Lettres.), Yves Aubin de La Messuzière (Diplomate, ancien ambassadeur de France à Tunis de 2002 à 2005.).

En savoir plus

Déclenchée le 20 mars 2003, l'invasion américaine de l'Irak avait pour but, chacun s'en souvient, de faire émerger une société civile qui poserait les bases d'un Moyen Orient démocratique pro-américain et en paix avec Israël. On sait ce qu'il advint : une fois ôté le couvercle de la dictature, ce n'est pas une société civile avide de pluralisme que l'on a vu surgir, c'est un affrontement féroce entre sunnites et chiites qui a conduit à la création de Daech et à une exaspération du Djihad.

Quelques années plus tard en 2011, les printemps arabes ont suscité un immense espoir. Le changement a été demandé non par le dehors mais par les peuples et une révolution de la dignité se déroulait sous nos yeux. Mais là encore l'histoire a déçu l'espoir. La Tunisie mise à part, l'islamisme et le tribalisme l'ont emporté sur les revendications démocratiques. En Egypte l'armée a repris les choses en main 2 ans après la victoire électorale des frères musulmans. On se disait que le monde arabe ne pouvait échapper aux bouleversements qui avaient conduit à la chute du mur de Berlin.

Publicité

Il faut en rabattre. L'humanité décidément ne se laisse pas englober dans un destin et un calendrier uniques. Reste à savoir pourquoi.

Références

L'équipe

Alain Finkielkraut
Alain Finkielkraut
François Caunac
Réalisation