Procès des attentats de janvier 2015, verdict le 16 décembre 2020.
Procès des attentats de janvier 2015, verdict le 16 décembre 2020.
Procès des attentats de janvier 2015, verdict le 16 décembre 2020. ©AFP - Marie Williams
Procès des attentats de janvier 2015, verdict le 16 décembre 2020. ©AFP - Marie Williams
Procès des attentats de janvier 2015, verdict le 16 décembre 2020. ©AFP - Marie Williams
Publicité
Résumé

Le procès des attentats de janvier 2015 s'est tenu au tribunal judiciaire de Paris à l'automne dernier. Yannick Haenel a suivi le procès pour Charlie Hebdo et Pascale Robert-Diard pour Le Monde ; ils font le récit de ce procès historique.

avec :

Pascale Robert-Diard (Journaliste au Monde), Yannick Haenel (Ecrivain).

En savoir plus

On n'oubliera pas de sitôt les journées fatidiques des 5, 6 et 7 janvier 2015. Les frères Kouachi et Amedy Coulibaly ont alors assouvi par les armes leur haine des Juifs et de ceux, dessinateurs ou journalistes, qui osaient caricaturer le prophète, c'est-à-dire en langue laïque Mahomet. Cinq ans après ces tueries, un procès a eu lieu non pas le procès des coupables, tous abattus par la police, mais celui des complices éventuels, des seconds couteaux, voire des lampistes. Et on a pu craindre que ce procès pour l'histoire ne soit au bout du compte, qu'un procès par défaut. Pascale Robert-Diard, journaliste au Monde, et l'écrivain Yannick Haenel, chroniqueur à Charlie Hebdo, ont suivi ce grand évènement judiciaire du 2 septembre 2020 au 16 décembre de la même année. Je voudrai donc leur demander d'abord si le jeu en valait vraiment la chandelle. Malgré l'absence des auteurs du crime, passés à la postérité sans passer par la case procès, la justice et la vérité ont-elles trouvé leur compte ?

La parole des survivants

Le grand évènement, ça a été que la parole a été donnée aux innocents et pas seulement aux criminels. On a entendu des témoins, des survivants, des familles et là, quelque chose d'autre se raconte ; c'est aussi une guerre des récits qui a eu lieu et je crois que le récit des innocents est capital. Yannick Haenel

Publicité

Pour ne pas s'enfermer dans un statut de victime et revendiquer cet autre statut de rescapé ou de survivant qui leur donnait le devoir de témoigner est fondamental dans ce procès. Et je pense que l'on n'oubliera sans doute beaucoup plus facilement la partie de l'interrogatoire des accusés. Mais on n'oubliera jamais, jamais, jamais les témoignages des rescapés. Pascale Robert-Diard

Pour aller plus loin

Attentats de Janvier 2015, Le Monde.

Yannick Haenel : Les vivants, les morts et la vérité, Diacritik, février 2021.

Références

L'équipe

Alain Finkielkraut
Alain Finkielkraut
François Caunac
Réalisation
Aurélie Marsset
Collaboration