Pier paolo Pasolini aux environs de 1970
Pier paolo Pasolini aux environs de 1970 ©Getty - Dominique Berrety
Pier paolo Pasolini aux environs de 1970 ©Getty - Dominique Berrety
Pier paolo Pasolini aux environs de 1970 ©Getty - Dominique Berrety
Publicité

Pier Paolo Pasolini, cinéaste, poète, romancier, fut tout au long de sa vie un polémiste engagé, un infatigable dénonciateur solitaire. "Ceux qui ont fait l'histoire sont ceux qui ont dit non" a-t-il rappelé la veille de sa mort tragique. En quoi le non de Pasolini était-il singulier ?

Avec
  • René de Ceccatty Auteur, traducteur, éditeur
  • Olivier Rey Mathématicien et philosophe, chercheur au CNRS, enseignant en philosophie à l’Université Paris 1, membre de l’Institut d’histoire et de philosophie des sciences et des techniques

Même si ses films ne passent plus guère sur les chaînes cinéma de la télévision, Pier Paolo Pasolini est d'abord connu en France comme cinéaste. On sait qu'il fut aussi, avec la même prolixité, avec la même intensité, poète, romancier, penseur.

C'est précisément du penseur, qu'à l'occasion de la parution du Chaos, dont nous allons parler.

Publicité

Dans l'ultime entretien que Pasolini a donné quelques heures seulement avant sa mort tragique le samedi 1er novembre 1975, il déclarait "le petit nombre d'hommes qui ont fait l'histoire sont ceux qui ont dit non. Jamais les courtisans ou les valets des Cardinaux." Or, à l'époque où il s'exprimait ainsi, tous les intellectuels disaient non. Le refus régnait en maître. Il n'y avait pas de place pour l'acceptation. Oui était un mot imprononçable.

Qu'avait donc d'original, de singulier, de solitaire, dans ce climat hypercritique, le non de Pasolini ?  

https://linactuelle.fr/index.php/2019/02/08/olivier-rey-pasolini-consumerisme/