La Manche vue de l'espace
La Manche vue de l'espace
La Manche vue de l'espace ©Getty - Gallo Images / Orbital Horizon/Copernicus Sentinel Data 2019
La Manche vue de l'espace ©Getty - Gallo Images / Orbital Horizon/Copernicus Sentinel Data 2019
La Manche vue de l'espace ©Getty - Gallo Images / Orbital Horizon/Copernicus Sentinel Data 2019
Publicité
Résumé

L'Europe est un sujet capital et inépuisable, il y va de notre identité, de notre destin. Mais aujourd'hui l'Europe ne suscite plus l'intérêt et fait bâiller. Pourquoi un tel désintérêt et un manque de motivation ?

avec :

Régis Debray (Philosophe et écrivain.), Jean-Louis Bourlanges (Député Modem des Hauts de Seine, président de la commission des affaires étrangères et ancien député européen, essayiste).

En savoir plus

Je voudrais poursuivre aujourd'hui avec Régis Debray, qui publie L'Europe fantôme dans la collection Tract que vient de faire renaître  Antoine Gallimard, et  avec Jean-Louis Bourlanges, la conversation entamée la semaine avec Rémi Brague et Jean-Claude Milner.

L'Europe en effet est un sujet capital et inépuisable. Il y va de notre identité, de notre mémoire, de notre destin  et de notre place dans le monde. Mais j'ai scrupule à insister malgré l'exceptionnelle affiche d'aujourd'hui.

Publicité

J'ai peur de faire fuir certains auditeurs fatigués à l'avance car l'Europe ne suscite plus l'enthousiasme et fait bâiller. Ce qui dans la prochaine consultation électorale passionne les observateurs, ce n'est pas tant l'avenir du vieux continent que la compétition hexagonale entre le Rassemblement national, les Républicains, la République en Marche et la gauche émiettée.  

On a beau rappeler avec Peter Sloterdijk que la paix règne entre nos nations depuis plus de 70 ans et qu'avec 500 millions d'habitants l'Union Européenne illustre pour la première fois qu'une grande structure politique peut exister sans être un empire, ces miracles sont devenus grisaille.

Jean-Louis Bourlanges me rappelait que Claude Imbert disait " quand j'entends parler d'Europe je sors mon oreiller."

Je vous pose donc la questio : " Pourquoi un tel désintérêt ? Un tel manque de motivation même chez les europhiles ? Pourquoi l'Europe est-elle désormais associée à l'ennui ?"  

P

REVUE POLITIQUE INTERNATIONALE N° 105  article de JL Bourlanges les raisons du non

http://www.politiqueinternationale.com/revue/article.php?id_revue=19&id=85&content=synopsis  

Revue Medium  N° 58-59

https://www.mediologie.org/medium-58-59-sommaire   Comment peut-on être Européen ?

Références

L'équipe

Alain Finkielkraut
Alain Finkielkraut
François Caunac
Réalisation