Un ballon "Je suis Charlie" Place de la Bastille lors de la "Marche Républicaine" du 11 Janvier 2015. ©AFP - Joël Saget
Un ballon "Je suis Charlie" Place de la Bastille lors de la "Marche Républicaine" du 11 Janvier 2015. ©AFP - Joël Saget
Un ballon "Je suis Charlie" Place de la Bastille lors de la "Marche Républicaine" du 11 Janvier 2015. ©AFP - Joël Saget
Publicité
Résumé

Jacques Julliard, historien, journaliste, auteur du livre "L'école est finie" et Pierre Manent, Directeur Etudes EHESS, auteur de "Situation de la France", débattent autour de la situation de la France après la vague d'attentats islamistes du début de l'année 2015

avec :

Pierre Manent (Philosophe, historien et directeur d’études honoraire à l’EHESS), Jacques Julliard (Historien, journaliste et essayiste).

En savoir plus

Le débat entre Jacques Julliard et Pierre Manent porte sur les réactions en France suite aux attentats du début de l'année 2015. A propos du slogan "Je suis Charlie", Pierre Manent observe l'individualisation de la vie collective en France, la difficulté à dire "nous". Les deux invités débattent de leur vision de l'islam en France. Jacques Julliard rappelle notamment que les chrétiens français ont finit par accepter la laïcité, les musulmans évolueront également dans ce sens. Ils s'interrogent sur le danger de la "libanisation" de la société française ; ils insistent sur l'intégration par la culture et par l'école des musulmans de France.

Je me reconnais dans 'Je suis Charlie'. Je me suis reconnu dans ce slogan, par ce qu'il signifiait. A propos du 'je', par rapport à la littérature du social, la littérature du collectif qui engage si peu les gens, là le fait que les gens soient venus en disant 'je' ça avait à mes yeux valeur d'engagement personnel et ça avait un caractère assez nouveau. J'y ai vu une sorte de ressaisissement des individus à l'intérieur de la communauté nationale. Jacques Julliard

Publicité

Ce slogan faisait allusion à une sorte idée de la France. On a tous son 'Je suis Charlie', c'est inévitable, c'est souhaitable. Mais il y avait un sentiment du national. Jacques Julliard

Références

L'équipe

Alain Finkielkraut
Alain Finkielkraut
Didier Lagarde
Réalisation